07 avril 2015

COURS DE FORMATION: MARDI 21 AVRIL 2015 LES SISP C'EST QUOI?

huurdersbond,syndicat des locataires,foyer du sud,stéphane van der cruyssen,sisp

huurdersbond,syndicat des locataires,foyer du sud,stéphane van der cruyssen,sisp

Capture d’écran 2015-04-07 à 11.22.19.png

11:28 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans COURS DE FORMATION | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : huurdersbond, syndicat des locataires, foyer du sud, stéphane van der cruyssen, sisp |  Facebook |  Imprimer |

13 mars 2015

COBRALO: LA RÉGION VA INTERVENIR !

 

Possibles irrégularités à la Cobralo à Uccle: la Région va intervenir

Vendredi 13 mars 2015 à 16h30

Capture d’écran 2015-03-13 à 18.00.01.png

 

C'est une première depuis que la Région bruxelloise existe.

Le 5 mars dernier, le gouvernement a décidé l'envoi d'un commissaire spécial auprès de la Coopérative brabançonne du logement (Cobralo), une société immobilière de service public située à Uccle. Informé par l'autorité de tutelle, la SLRB (Société régionale du Logement de Bruxelles), le gouvernement relève une série de possibles irrégularités de gestion au sein de cette société de logements sociaux. La justice a également été saisie.

 

La note au gouvernement de la ministre bruxelloise du Logement, Céline Frémault (cdH), que nous nous sommes procurée, dresse une liste non exhaustive d'irrégularités présumées ou avérées dans la gestion de la Cobralo. La SISP uccloise a récemment licencié son directeur-gérant. Ses indemnités s'élèvent à quelque 370 000 euros. Pour lui verser cette somme, la Cobralo décide de contracter un emprunt bancaire. En Conseil d'administration, les représentants de la Région rappellent que tout emprunt doit recevoir l'approbation préalable de la SLRB. Pourtant, les administrateurs de Cobralo passent outre. La demande de régularisation de la SLRB est depuis lors restée sans suite.

Autre fait visé dans la délibération du gouvernement, le recours au fonds spécial de la société de logement social - appelé Fonds Stevens - pour aider le prédécesseur du gérant licencié à rembourser des arriérés de loyer. Le secrétaire général du Syndicat des Locataires de Logement sociaux, José Garcia, explique: "Lors de son départ à la retraite, le directeur-gérant précédent s'est fait nommer président d'honneur de la Cobralo. Il a aussi demandé à bénéficier de la gratuité du loyer pendant 5 ans pour le logement qu'il occupe au sein de la SISP "pour services rendus", ce qui lui fut accordé. Par la suite, sous l'impulsion de son successeur - le directeur-gérant qui vient d'être licencié - ce privilège a été aboli, la SLRB le déclarant illégal. Le bénéficiaire a donc été invité à rembourser à la Cobralo l'équivalent des loyers qu'il aurait dû verser. Au lieu de puiser dans sa cassette personnelle, le président d'honneur aurait utilisé l'argent du fonds destiné à aider les locataires les plus précaires pour rembourser sa dette."

D'autres manquements relevés par la SLRB concernent des problèmes de gestion quotidienne et une application insuffisamment scrupuleuse de la loi sur les marchés publics. Plus grave, les coopérateurs (Cobralo a le statut de société coopérative) qui se sont inquiétés des dérives de l'ancien directeur-gérant ont fait l'objet d'une procédure d'exclusion, elle aussi déclarée illégale par la SLRB. En dépit de cet avertissement, les instances de Cobralo n'ont effectué aucune marche arrière. Si l'on sait que la perte de la qualité de coopérateur équivaut à la perte de son logement social, cela donne une idée de la gouvernance au sein de la Cobralo.

Alertées par le Syndicat des Locataires de Logements sociaux, les autorités de tutelle (SLRB et gouvernement) ont réagi. Outre l'envoi prochain d'un commissaire spécial, la ministre du Logement annonce le dépôt d'une plainte contre x avec constitution de partie civile. Pour José Garcia, cela démontre l'utilité de l'action des locataires et la possibilité d'engranger des victoires. Nous n'avons pas été en mesure de recueillir la réaction des responsables actuels de la Cobralo.

P. Carlot

02 février 2014

CONVENTION COLLECTIVE DE L'HABITAT VILLAS DE GANSHOREN N°2

CCH VG 2:1.jpg

CCH VG 2:2.jpg

CCH VG 2:3.jpg

05 avril 2013

AG DES LOCATAIRES DU PETERBOS DU 9 AVRIL 2013

syndicat des locataires,fa,huurdersbond,peterbos,anderlecht,sisp,lo

11:24 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, fa, huurdersbond, peterbos, anderlecht, sisp, lo |  Facebook |  Imprimer |

15 mars 2013

GRANDE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE D'INFORMATION

AG FA 26:3:2013.png

11 décembre 2012

CALCUL DES LOYERS DANS LE LOGEMENT SOCIAL EN RÉGION BRUXELLOIS (2013)

LOYERS 1.png

LOYERS 3.png

LOYERS 2.png

LOYERS 4.png

LOYERS 5.png

LOYERS 6.png

LOYERS 7.png

LOYERS 8.png

LOYERS 9.png

LOYERS 10.png

LOYERS 11.png

LOYERS 12.png

LOYERS 13.png

 

LOYERS 14.png

LOYERS 15.png

09 mars 2012

JT TLB ANNONCE DE LA MOBILISATION DU 10 MARS

ACTION LOREBRU SL.png

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR VOIR LA VIDÉO

MANIFESTATION LOREBRU DU 10 MARS 2012

MANIF 10 03 2012 Venez1.jpg

lorebru,manifestation,manifestation de locataires,syndicat des locataires,huurdersbond,beliris,sisp,actions de locataires

27 février 2012

LE LOGEMENT SOCIAL EST-IL AU-DESSUS DES JUGEMENTS?

LE LOGEMENT SOCIAL EST-IL AU-DESSUS DES JUGEMENTS ?.png

20:18 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ARTICLES DE PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, jurisprudence, huurdersbond, sisp, slrb, doulkeridis, claire pecheux |  Facebook |  Imprimer |

05 mai 2011

AVIS AUX LOCATAIRES DE L'HABITATION MODERNE

CHARGES HM.png

20:36 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans COMMUNIQUÉS DE PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : habitation moderne, charges, syndicat des locataires, huurdersbond, sisp, consommations |  Facebook |  Imprimer |

11 avril 2011

CALCUL DES LOYERS DANS LES LOGEMENTS SOCIAUX BRUXELLOIS (ANNÉE 2011)

 PAR MARIE-CLAIRE NOIZET

ASSISTANTE SOCIALE AU SYNDICAT DES LOCATAIRES

1.28.png

2.15.png

 

3.png

4.png

5.png

6.png

7.png

8.png

9.png

10.png

11.png

12.png

13.png

14.png

15.png

21 janvier 2011

« MARCHE NOIRE »

 

SYNDICAT DES LOCATAIRES DE LOGEMENTS SOCIAUX ASBL

 

PROJET DE COHÉSION SOCIALE ALBERT Ier

 

Cher(e)s locataires du square Albert Ier,

 

L’incendie survenu dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, démontre à suffisance la pertinence des craintes des locataires au sujet de la sécurité des immeubles du Square Albert 1er.

 

Si toute la responsabilité ne doit pas être mise sur les seules épaules du Foyer Anderlechtois, d’autres autorités communales sont chargées d’assurer de manière constante la sécurité des habitants de la commune ; ainsi, une fois de plus elles n’ont pas rempli leurs responsabilités.

 

Parce que le Square Albert est potentiellement une poudrière sociale, les politiques socio-économiques et de sécurités doivent être à la hauteur des problématiques rencontrées.

 

 

Si face à ce drame nous avons tous notre part de responsabilités, les autorités politiques ne peuvent pas rester insensibles et inactives devant les appels maintes fois répétés des locataires et de leurs organisations de défense.

 

Si la catastrophe, tant redoutée, a une nouvelle fois pu être évitée de justesse (à part la peur, l’angoisse et le grand désarroi psychologique dans lesquels furent plongés tous les habitants de l’immeuble, nous ne déplorons heureusement aucune victime…), il ne faudrait pas attendre que le désastre survienne pour qu’enfin les responsable politiques prennent les mesures qui s’imposent depuis plus de 10 ans…

 

Afin de montrer notre extrême exaspération aux autorités communales, nous organisons ce lundi 24 janvier 2011, une « MARCHE NOIRE » vers la commune où nous demanderons au Bourgmestre Gaëtan Van Goidsenhoven de recevoir une délégation des habitants du Square Albert qui lui demandera de prendre toutes les décisions qui s’imposent dans l’immédiat et ce en concertation avec tous les intervenants sociaux du Square Albert.

 

le lundi 24/01/2011

départ à 14h du Square Albert 1er, N°15

TOUS ENSEMBLE CONTRE L'INDIFFÉRENCE, LE FATALISME ET L'INJUSTICE SOCIALE.

 

Éditeur responsable : José Garcia, Square Albert 1er 32, 1070 Bruxelles

 

 

 

 

18 décembre 2009

CALCUL DU LOYER DES LOGEMENTS SOCIAUX BRUXELLOIS

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMENT CALCULER LE LOYER DANS LE LOGEMENT SOCIAL À BRUXELLES ?

 

 

 

 

 

PAR  MARIE-CLAIRE NOIZET

 

ASSISTANTE SOCIALE AU SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ière étape : appliquer la règle générale.

 

 

                                                                                          Revenus du ménage

 Loyer réelloyer de base      ---------------------------------------------

                                                                                         Revenu de référence

                                                                                                                                                                                                                                                             

 

 

 

Le loyer de base est fixé en fonction du prix de revient actualisé du logement. Il dépend donc du coût du terrain, de la construction, des travaux de rénovation à réaliser au fur et à mesure des années,…

 

 

Le revenu de référence est un montant « fictif » fixé par l’Arrêté du Gouvernement du 14.11.1996. Il est indexé tous les ans et s’élève à 16.945,18€ pour cette année 2010.

 

Les revenus du ménage :

 

1.Dans un premier temps : demander l’Avertissement Extrait de Rôle (la feuille des contributions) de l’année de référence ; c’est-à-dire l’avant-dernière année antérieure à l’entre en vigueur du calcul de loyer.

 

Exemples :

----------

a) Pour le calcul du loyer de l’année 2009, on va prendre l’avertissement Extrait de Rôle Revenus 2006 Exercice d’imposition 2007.

b) Pour le calcul du loyer de l’année 2010, on va prendre l’avertissement Extrait de Rôle Revenus 2007 Exercice d’imposition 2008.

 

 

2.Deuxièmement : analyser le type de revenus figurant sur la feuille de contributions.

Ont-ils des revenus professionnels ou des revenus de remplacement ?

 

a) Les revenus professionnels sont constitués par les traitements, les salaires, les pensions.

 

b) Les revenus de remplacement sont constitués par :

  • les allocations de chômage,

  • les indemnités de mutuelle,

  • les allocations de handicap (ne sont pas considérées comme revenus, l’allocation d’intégration, l’allocation pour l’aide aux personnes âgées, la majoration de l’allocation ordinaire ou spéciale, l’allocation pour l’aide d’une tierce personne, l’allocation de complément de revenu garanti aux personnes âgées, l’allocation complémentaire,

  • les pré-pensions.

 

3. Troisièmement : Si l’avertissement Extrait de Rôle est constitué majoritairement de revenus de remplacement, nous devons prendre les revenus actuels.

 

Si le ménage perçoit des revenus de remplacement, on prendra le taux journalier qu’on multipliera par 312 jours calendriers ou 313 jours (en cas d’année bisextile).

 

 

 

4. Quatrièmement : Si la personne perçoit ou verse une pension alimentaire ; le montant versé sera majoré ou déduit à 80% de ses revenus.

 

Exemple : si la personne verse une pension alimentaire pour ses enfants majeurs d’un montant de 125€ par mois, on déduira de ses revenus un montant de :

125€ X 12 mois = 1.500€. 80% de 1.500€ = 1.200€, montant que nous déduirons de ces revenus.

 

 

5. Cinquièmement : Si l’avertissement Extrait de Rôle n’est pas complet :

 

Exemple : la personne était étudiante et a travaillé à partir du mois de septembre

 

On prendra le montant perçu qu’on divisera par le nombre de jours prestés que représente ce montant et on multipliera par 365 jours calendriers.

 

 

2ème étape : indexer les revenus.

 

 

Les revenus du ménage sont adaptés, le 1° janvier de chaque année, en fonction de l’indice du mois d’août de l’année précédant l’entrée en vigueur du loyer par rapport à l’indice du mois d’août précédant l’année des revenus globalisés du ménage pour l’année de référence.

 

 

Les coefficients d’indexation pour cette année 2010 sont de 1,0602 pour les revenus 2007 et de 1,0472 pour les revenus 2008.

 

 

3ème étape : calculer le coefficient des revenus.

 

 

                                                                   Revenus du ménage indexés

Le coefficient des revenus = ________________________

                                                                    Revenus de référence

 

 

 

 

 

4ème étape : calculer le loyer réel.

 

 

Loyer réel = loyer de base x coefficient des revenus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5ème étape : calculer le loyer réel après toutes déductions.

 

 

Pour pouvoir franchir cette étape, il est important de se renseigner sur :

  1. le nombre d’enfants à charge faisant partie du ménage ;

  2. le fait qu’un membre du ménage est reconnu ou pas handicapé.

 

 

1. Les enfants à charge :

 

  1. Définition :

----------------

  • L’enfant à charge est un enfant pour lequel des allocations familiales ou d’orphelin sont attribuées à un membre du ménage.

  • En cas de problème de perception : on peut constituer un dossier et l’adresser au Ministre du logement qui statuera.

 

 

  1. Les réductions :

---------------------

  • 5% du loyer de base pour 1 enfant à charge.

  • 10% du loyer de base pour 2 enfants à charge.

  • 20% du loyer de base pour 3 enfants à charge.

  • 30% du loyer de base pour 4 enfants à charge.

  • 40% du loyer de base pour 5 enfants à charge.

  • 50% du loyer de base pour 6 enfants à charge.

  • Un enfant handicapé est compté pour 2 enfants à charge.

 

Attention : l’attestation de la caisse d’allocations familiales doit être rentrée à la SISP pour le 31 octobre au plus tard.

 

 

2. La reconnaissance du handicap :

 

 

1. Définition :

---------------

Nous trouvons la définition à l’article 135 premier alinéa du Code des Impôts sur les revenus. Ce dernier stipule que : « Est considéré comme handicapé : 1° celui dont il est établi, indépendamment de son âge, qu’en raison de faits survenus et constatés avant l’âge de 65 ans :

 

  • Soit son état physique ou psychique a réduit sa capacité de gain à un tiers ou moins de ce qu’une personne valide est en mesure de gagner en exerçant une profession sur le marché général du travail.

  • Soit son état de santé provoque un manque total d’autonomie ou une réduction d’autonomie d’au moins 9 points, mesurés conformément aux guide et échelle médico-sociale applicables dans le cadre de la législation relative aux allocations aux handicapés.

  • Soit, après la période d’incapacité primaire prévue à l’article 87 de la loi relative à l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités, coordonnée le 14 juillet 1994, sa capacité de gain est réduite à un tiers au moins comme prévu à l’article 100 de la même loi coordonnée ;

  • Soit, par une décision administrative ou judiciaire, qu’il est handicapé physiquement ou psychiquement ou en incapacité de travail de façon permanente pour au moins 66%.

 

2. Les preuves :

------------------

 

Personnes concernées :

Document(s) justificatif(s) à fournir :

1. Victimes d’un accident de droit commun qui a fait l’objet d’une décision judiciaire.

1. Copie de la décision judiciaire, devenue définitive, indiquant le degré d’invalidité permanente.

2. Victimes d’accidents du travail pour lesquels une incapacité de travail permanente est fixée.

2. Attestation délivrée par le Fonds des accidents du travail, indiquant le degré d’incapacité permanente de travail.

3. Victimes de maladies professionnelles pour lesquelles une incapacité de travail permanente est fixée.

3. La mention, sur la fiche 281.14, du degré d’incapacité permanente de travail au 1er janvier de l’exercice d’imposition, ou une attestation délivrée par le Fonds des Maladies Professionnelles, indiquant le degré d’incapacité permanente de travail.

4. Invalides militaires de la guerre.

4. Attestation indiquant le degré d’invalidité, délivrée par le Ministère des Finances- Administration des Pensions, ou une copie, soit de la dernière décision ministérielle accordant la pension de réparation, soit de la décision prise par la commission des pensions de réparations ou par la commission d’appel des pensions de réparation, à condition que cette dernière mentionne le degré global d’invalidité.

5. Invalides militaires du temps de paix.

5. Comme sub 4.

6. Victimes civiles de la guerre.

6. Attestation indiquant le degré d’invalidité délivrée par le Ministère de la Santé publique et de l’Environnement.

7. Ouvriers mineurs invalides.

7. Attestation délivrée par une Caisse de prévoyance pour ouvriers mineurs légalement reconnue indiquant que l’intéressé bénéficie d’une pension d’invalidité ou qu’il a encouru une incapacité permanente de travail de 66 p.c. au moins sur le marché général de l’emploi.

8. Marins.

8. Attestation délivrée par la Caisse de secours et de prévoyance en faveur des marins naviguant sous pavillon belge, indiquant la période pour laquelle l’intéressé est reconnu invalide ou, s’il est victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, une attestation délivrée par la même caisse indiquant le degré de l’incapacité permanente de travail.

9. Membres du personnel des services publics, victimes d’un accident du travail ou d’un maladie professionnelle.

9. Attestation délivrée par l’autorité qui est chargée de l’indemnisation, indiquant le degré de l’incapacité permanente de travail résultant d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle.

10. Membres du personnel des services publics en congé pour maladie ou en disponibilité.

10. Attestation délivrée par le service public dont dépend le membre du personnel et certifiant que celui-ci est, depuis plus d’un an, en congé pour maladie sans interruption et/ou en disponibilité pour raisons de santé.

11. Membres du personnel des services publics mis à la retraite anticipée, soit pour inaptitude physique, soit d’office.

11. Attestation délivrée par le Service de santé administratif et dont il ressort que l’intéressé est atteint d’une invalidité globale permanente d’au moins 66 p.c.

12. Membres du personnel de la S.N.C.B.

12. Attestation délivrée par le centre médical régional certifiant que k’intéressé est inapte au travail pour cause de maladie, sans interruption depuis plus d’un an, ou lorsqu’il est victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, une attestation délivrée par le même centre indiquant le degré de l’incapacité permanente de travail.

13. Personnes affiliées à l’Office de sécurité sociale d’outre-mer.

13. Attestation délivrée par l’Office de sécurité sociale d’outre-mer, certifiant que l’intéressé est inapte au travail pour cause de maladie, sans interruption depuis plus d’un an, ou lorsqu’il est victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, une attestation délivrée par le même Office indiquant le degré de l’incapacité permanente de travail.

14. Personnes qui :

- bénéficient de l’exonération de la redevance radio

- ont la réduction du taux de T.V.A. à l’achat ou à l’entretien d’une voiture, ou l’exonération de la taxe à l’immatriculation ou de circulation.

14. Attestation délivrée par le Service de santé administratif.

 

15. Personnes qui, sur la base d’un handicap qui leur est survenu avant l’âge de 65 ans :

- ont obtenu l’avantage du tarif téléphonique social en raison d’un handicap de 66 p.c. au moins ;

- ont obtenu des avantages financiers en matière de logement en raison d’un handicap de 66 p.c. au moins.

15. Attestation délivrée par le service médical du Ministère de la Prévoyance sociale.

16. Personnes qui bénéficient d’une pension d’invalidité d’origine italienne.

16. Imprimé (modèle 201) délivré annuellement par « l’Istituto Nazionale della Previdenza Sociale » qui indique, en lires intaliennes, le montant annuel de la pension octroyée.

17. Personnes qui bénéficient aux Pays-Bas d’une indemnité en application de la loi relative à l’assurance contre l’incapacité de travail.

17. Attestation annuelle de l’organisme qui a octroyé l’indemnité, mentionnant que l’intéressé bénéficiait au 1er janvier de l’exercice d’imposition, sur la base de la loi mentionnée ci-contre, d’une indemnité par suite d’une incapacité de travail de 66 p.c. ou plus.

 

 

 

3. La réduction :

-------------------

 

La personne majeure handicapée bénéficie d’une réduction d’un montant de 20% du loyer de base.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6ème étape : vérifier les limitations de loyer.

 

 

1ère situation :

 

Si le loyer réel après déductions est inférieur à la moitié du loyer de base, on ramène le montant obtenu à la moitié du loyer de base.

 

 

2ème situation :

 

Si la moitié du loyer de base est supérieur à ces montants :

 

  1. 1.338.63€ par an pour les logements à une chambre, flats et studios soit 111,55€ par mois.

  2. 1.636,10€ par an pour les logements à deux chambres soit 136,34€ par mois,

  3. 2.082.31€ par an pour les logements à trois chambres soit 173,53€ par mois,

  4. 2.379,78€ par an pour les logements à quatre chambres soit 198,32€ par mois,

 

on applique alors le loyer équivalent à la moitié du loyer maximum (soit les montants repris en supra) en fonction du nombre des chambres que le logement comporte.

 

3ème situation :

 

S’assurer si la règle du 20% des revenus du ménage s’applique.

 

Cette règle est d’application SI :

 

1. les revenus du ménage sont inférieurs au revenu de référence soit 16.945,18€ pour l’année 2010 

 

2. ET si le ménage occupe un logement adapté ; c’est-à-dire :

 

Le logement doit comprendre, en fonction de la composition de la famille, le nombre de chambres suivant :

1° une chambre par personne seule, par couple marié ou vivant maritalement. Les flats ou studios sont également adaptés au logement d’une personne isolée ou d’un couple ;

 

2° deux chambres pour le couple marié ou vivant maritalement dont l’un des membres est une personne handicapée pour autant que le candidat locataire en ait fait la demande ;

 

3° une chambre supplémentaire par enfant ; toutefois, pour deux enfants du même sexe ayant moins de 12 ans ou pour deux enfants de sexe différent ayant tous deux moins de 9 ans, une chambre seulement, pour autant qu’ils ne soient pas handicapés ;

 

4° une chambre supplémentaire pour la personne majeure ou le couple membre du ménage ;

 

5° deux chambres pour le couple sans enfant dont les deux membres ont moins de 35 ans pour autant que le candidat locataire en ait fait la demande.

 

 

ATTENTION : Le loyer à payer ne peut être inférieur à la moitié du loyer de base ou au montant du loyer équivalent à la moitié du loyer maximum en fonction du nombre de chambres.

4ème situation :

 

 

S’assurer si la règle du 22% des revenus du ménage s’applique.

 

Cette règle est d’application SI :

 

1. les revenus du ménage sont :

 

supérieurs au revenu de référence soit 16.945,18€ pour l’année 2010 

 

MAIS inférieurs aux revenus d’admission ; qui sont :

 

a) pour une personne seule : les revenus ne peuvent être supérieurs à 19561,77€ par an (montant pour l’année 2010) ;

b) pour un ménage de plus d’une personne ne disposant que d’un revenu : les revenus ne peuvent être supérieurs à 21.735,30€ par an (montant pour l’année 2010) ;

c) pour un ménage disposant d’au moins deux revenus : les revenus ne peuvent être supérieurs à 24.840,37€ par an (montant pour l’année 2010) ;

 

Ces montants sont augmentés de :

  1.  
    •  
      1.  
        1. 3.726,05€ par personne majeure handicapée composant le ménage ;

        2. 1.863,03€ par enfant à charge.

 

 

2. ET si le ménage occupe un logement adapté (définition du logement adapté : voir supra). 

 

 

ATTENTION : Le loyer à payer ne peut être inférieur à la moitié du loyer de base ou au montant du loyer équivalent à la moitié du loyer maximum en fonction du nombre des chambres que le logement comporte.

 

 

 

5ème situation :

 

 

S’assurer que le loyer réel après déductions ne soit pas supérieur à la valeur locative normale.

 

Si c’est le cas, celui-ci est réduit à cette valeur locative normale.

 

 

 

15:08 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans LÉGISLATION EN MATIÈRE DE LOGEMENT | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : calcul des loyers sociaux, slrb, sisp, syndicat des locataires |  Facebook |  Imprimer |

05 novembre 2009

CONVENTION COLLECTIVE DE L'HABITAT : LES VILLAS DE GANSHOREN ET LE SYNDICAT DES LOCATAIRES

V.G. CCHabitat 1

2

V.G. CCHabitat 3