08 juin 2016

L'ÉTAU SE RESSERRE AUTOUR DU PACTE "OMERTIQUE".


Pour AREHS
Mélanie Pirotte
Secrétaire


Une étude des autorités américaines confirme l'effet cancérogène du téléphone portable 
 

Une nouvelle étude effectuée à la demande de plusieurs agences fédérales américaines va peser lourd dans le débat continuel sur l'existence d'un lien entre cancer et téléphones portables. 

La presse internationale en a déjà largement fait écho.   

Les résultats préliminaires d'une étude de grande envergure effectuée dans le cadre du Programme National de Toxicologie (National Toxicology Program), un programme de recherche mené sous la responsabilité du Ministère américain de la Santé, ont été mis en ligne ce 26 mai 2016.  

 Cette étude s'est étendue sur plusieurs années et est l'une des plus pointues jamais réalisées sur le sujet.  

Que constate cette étude ?  

 Elle constate chez des rats exposés aux rayonnements de téléphones portables un taux plus élevé de deux types de cancers : les gliomes (tumeur des cellules gliales du cerveau) et les schwannomes malin du coeur (tumeur très rare des cellules de Schwann).  

 Aucun rat dans le groupe non exposé n'a développé de telles tumeurs.  

 Les chercheurs examinent ces résultats avec inquiétude car ceux-ci confirment les données obtenues lors d'études précédentes (épidémiologiques, sur des cellules, sur des animaux) qui elles aussi indiquaient une possible association entre ce type de tumeurs et les téléphones portables.  

L'étude américaine montre également que, chez le rat, l'incidence des 2 pathologies précitées est directement proportionnelle au niveau d'exposition.  

 Les agences fédérales américaines en charge de la Santé  (FDA) et des télécommunications (FCC) se concertent à présent sur la manière dont elles vont informer la population des risques encourus lors de l'usage des téléphones mobiles.      

Les chercheurs notent ceci dans un premier compte-rendu de l'étude :  

"Vu l'usage mondial généralisé des appareils de communications mobiles par des utilisateurs de tous âges, même une augmentation très faible de l'incidence d'une maladie résultant d'une exposition aux rayonnements électromagnétiques pourrait avoir des conséquences importantes pour la santé publique".  

Commentaire de Robert Melnick, responsable de l'équipe qui a conçu l'étude :  

"Le Programme National de Toxicologie a testé l'hypothèse selon laquelle les rayonnements issus du téléphone portable ne pouvaient pas avoir d'effets sur la santé et elle s'est avérée fausse (...). L'expérience a été réalisée. Après une analyse approfondie des résultats, notre conclusion est qu'il y a un effet cancérogène (...) Ces résultats redéfinissent la controverse autour du rayonnement électromagnétique des téléphones portables".  

"Ceci est un problème de santé publique majeur car les cellules qui sont devenues cancéreuses chez les rats sont du même type que celles qui ont muté lors des études épidémiologiques sur les téléphones portables. Il serait vraiment incroyable que ce soit une coïncidence."  

Commentaire de David Carpenter, Directeur de l'Institut pour la Santé et l'Environnement à l'Université d'Albany :  

"Cette étude change la donne. Cela ne fait aucun doute. Elle confirme ce que nous observons depuis des années. Maintenant, nous avons des preuves chez les animaux ainsi que chez l'Homme. Le PNT jouit de la crédibilité apportée par le gouvernement fédéral. Il sera très difficile pour les opposants de continuer à nier toute association entre GSM et risque accru de cancers."

 

Quelques faits importants :  

  • En 2011, l'Agence Internationale de Recherche contre le Cancer (IARC), un organe de l'Organisation Mondiale de la Santé, a classé les rayonnements électromagnétiques des GSM dans la catégorie 2B "cancérogène possible  

  • Une étude australienne récente qui affirmait ne pas avoir trouvé de lien entre cancer et téléphones portables sur une période de trente ans a été abondamment critiquée par une partie de la communauté scientifique. En savoir plus  

  • Contrairement aux anciens modèles de GSM, les Smartphones émettent pratiquement en continu à cause de leurs multiples connexions (données mobiles/internet et wifi) à l'internet mobile qui restent activées en permanence. Leur impact sur la santé est donc potentiellement plus important.   

  • Les tablettes suscitent elles aussi de l'inquiétude parce qu'elles exposent leur utilisateur à des niveaux de rayonnements égaux ou supérieurs  à ceux produits par un GSM et qu'elles sont généralement tenues à proximité du corps lors de leur fonctionnement.  

 AREHS (Association pour la Reconnaissance de l'Electro Hyper Sensibilité)  www.arehs.be