31 janvier 2016

RECUL DÉMOCRATIQUE ADMIS PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE

Ordonnance 6V/m : un recul pour la démocratie, la protection de la santé et de l'environnement.

Ce mercredi 27 janvier la Cour Constitutionnelle n'a annulé que trop partiellement l'ordonnance bruxelloise qui permet aux opérateurs de téléphonie mobile d'augmenter la pollution électromagnétique à Bruxelles, tout en privant les communes et les citoyens d’importants contrôles démocratiques quant à l’implantation des antennes-relais. 


La coordination "Bruxelles grONDES" réunit 25 quartiers de la capitale, les associations Teslabel, dé-Mobilisation et Le Syndicat des Locataires, qui regrettent cette décision allant à contre-sens d’un développement technologique responsable et durable, respectueux de nos biens les plus précieux : la santé et l’environnement.

La Cour n'a malheureusement pas suivi l'analyse défendue par les associations pourtant soutenues par de nombreux spécialistes sur les points suivants :

  • La violation du principe de précaution et de "stand-still" : cette ordonnance quadruple la limite d’exposition aux ondes dans les zones accessibles au public en la portant à 6V/m. La Cour n'a donc pas suivi l'avis du Conseil Supérieur de la Santé dont la recommandation est de limiter les expositions à 3V/m, ni celui du Conseil de l'Europe et d'une partie croissante du monde scientifique et médical qui recommandent une norme plus stricte de 0,6V/m, soit 100 fois moins que l'actuelle norme bruxelloise (les V/m s’exposant au carré). La Cour a préféré prendre en compte la norme de l'ICNIRP, pourtant critiquée et considérée comme obsolète par de nombreux experts. La validation de cette ordonnance toxique par la Cour constitutionnelle, justifiée notamment par le souci d'éviter des surcoûts pour les opérateurs et l'intérêt général, pose question. Au réseau 2G est venu s’ajouter la 3G. Alors que la 4G est déployée, la 5G est déjà programmée. Existe-il une limite ? Les opérateurs obtiendront-ils une nouvelle érosion de la norme d’exposition lorsque la 5G sera déployée ? Combien de temps encore les opérateurs pourront-ils se déployer sans consentir d’effort sérieux à la réduction de leur empreinte environnementale et sanitaire ? Pourtant des alternatives techniques permettant de limiter les nocivités potentielles et avérées existent, elle ont notamment été exposées durant les travaux parlementaires.
  • Le non respect du principe démocratique : par la suppression pure et simple de l'enquête publique qui précédait la délivrance du permis d'environnement nécessaire à l’implantation des antennes relais.


Par contre la Cour Constitutionnelle affirme qu’effectivement il est illégal et anticonstitutionnel d'exclure les terrasses et les balcons du champs d’application de l’ordonnance alors que, par exemple, les jardins sont visés par la norme - même si insuffisante - de protection .

Combien de temps encore la Région restera-t-elle sourde aux appels à la prudence du monde médical et scientifique concernant le niveau sans cesse croissant des pollutions électromagnétiques, dans un scénario que certains -dont une compagnie de réassurance majeure*- comparent à celui de l’amiante?

La plate-forme grONDES agit pour des technologies mobiles respectueuses de la santé de tous, de l'environnement et de l'urbanisme. Malgré ce revers provisoire, forte des nombreuses victoires déjà remportées au niveau local par les quartiers et citoyens mobilisés, grONDES poursuivra son travail de sensibilisation, d'information. Et restera vigilante quant aux éventuelles suites à cette affaire et autres autres menaces sur le niveau de protection des Bruxellois face aux pollutions électromagnétiques.


Recours en annulation n°6072 et 6073 contre l’ordonnance de la Région de Bruxelles-Capitale du 3 avril 2014.

26 novembre 2013

TVA-BTW AVOCATS-ADVOCATEN

 

TVA 1.png

 

TVA 2.png

 

 

 

Persbericht

 

Grondwettelijk Hof spreekt zich morgen uit over mogelijke schorsing BTW-plicht advocaten

 

Eerder dit jaar voerde de regering de BTW-plicht in voor advocaten, de zoveelste drempel voor mensen met een laag inkomen om hun rechten te vrijwaren. Daarom stapte het Netwerk tegen Armoede, ABVV en acht andere organisaties naar het Grondwettelijk Hof om de schorsing en de annulering te vragen van de BTW-plicht. Morgen, dinsdag 26 november, spreekt het Hof zich uit over de vraag tot schorsing. De zitting begint om 14 uur. Een vonnis over de annulering volgt later. Hilde Linssen (Netwerk tegen Armoede, 0474 53 69 06) en Jean-François Macours (ABVV, 0472 35 55 85) zullen op de zitting aanwezig zijn en zijn beschikbaar om de pers te woord te staan.

 

Toegang tot het recht is één van de grondrechten, maar ligt al langer onder vuur. Na decennialang geijverd te hebben voor een gelijke toegang tot het recht, is men de laatste jaren volop bezig om dit grondrecht stapsgewijs terug te schroeven. De btw-plicht verhoogt de factuur voor particulieren met 21 %. Niet voor ondernemingen, want die kunnen de betaalde btw gewoon aftrekken. Daarmee verwordt de rechtspraak in ons land tot regelrechte klassejustitie.
 
In 2007 voerde men de rechtsplegingsvergoedingen in waarbij de verliezende partij een som gekoppeld aan de waarde van het geschil moet betalen. Hier wordt geen uitzondering tussen vermogenden en minvermogenden gemaakt, behalve voor pro deo.In 2011 werd de BTW-plicht ingevoerd voor deurwaarders en notarissen, zodat veel mensen met betalingsproblemen er nog extra kosten bovenop krijgen.
En begin dit jaar de geplande afbouw van het pro deo systeem.

 

 

De inkomensgrenzen voor een pro deo advocaat liggen al erg laag (een alleenstaande heeft slechts recht op volledige kosteloosheid als hij maximaal 928 euro netto per maand aan inkomsten heeft). Heel wat mensen met een laag inkomen vallen op die manier al uit de boot. Bovendien wil minister van Justitie Turtelboom nog een remgeld invoeren, per procedure en per advocaat. Voorlopig zijn die plannen van de minister on hold gezet, na fel protest van armoedeverenigingen, vakbonden én advocaten. Maar een hervorming van het systeem is zeker nog niet van de baan.
Bij al deze hervormingen is op geen enkel manier rekening gehouden met de gebruikers van het systeem, vooral niet met degenen die het al moeilijk hebben. Er heerst sowieso al een groot wantrouwen bij kwetsbare mensen tegenover justitie en alles wat daar mee te maken heeft. De drempels zijn al ontzettend hoog om rechten af te dwingen of zich te verdedigen.
Bovendien heeft men nooit werk gemaakt van onze vraag om de groei naar pro deozaken grondig te onderzoeken , om de eerstelijns juridische bijstand grondig te hervormen en er genoeg middelen tegenover te zetten en om alternatieve manieren van financiering te zoeken voor het systeem.

 


Nu gooit men hier de invoering van de BTW-plicht van 21 % voor advocaten bovenop. Deze werd in juli van dit jaar bijna en stoemelings doorgevoerd. De particulier die een advocaat wil raadplegen voor een huurprobleem, een familiaal probleem, een arbeidsovereenkomst, een geschil met een aannemer, enzovoort, zal zijn factuur zien verhogen met 21% (de Europese wetgeving voorziet niet in een lager tarief ter zake)! Er is trouwens geen enkele zekerheid dat er geen BTW zal moeten betaald worden in pro deozaken.
Bovendien creëert de invoering van een BTW-verplichting een ongelijke behandeling tussen ondernemingen en particulieren. Ondernemingen die zelf BTW-plichtig zijn, kunnen de BTW eenvoudigweg aftrekken, zodat het voor hen een neutrale operatie is. Burgers hebben deze mogelijkheid niet. Een invoering van een BTW-plicht is in die zin asociaal omdat ze uitsluitend gedragen wordt door de zwakste schouders. Maakt de regering opnieuw de keuze om de sterkste schouders te ontzien?

 

Meer info:

 

Hilde Linssen (Netwerk tegen Armoede, 0474 53 69 06)

Jean-François Macours (ABVV, 0472 35 55 85)

17:47 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ARTICLES EN NÉERLANDAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cour constitutionnelle, syndicat des locataires, huurdersbond, tva, btw, avocats, advocaten |  Facebook |  Imprimer |

15 novembre 2013

RECOURS CONTRE L'INSTAURATION DE LA TVA SUR LES HONORAIRES D'AVOCATS

 

Avec d’autres organisations*, la FGTB, le SYNDICAT DES LOCATAIRES et Netwerk tegen Armoede (le réseau néerlandophone de lutte cotre la pauvreté) ont introduit un recours devant la Cour constitutionnelle pour demander la suspension et l’annulation de l’instauration de la TVA sur les honoraires d’avocats, mesure que le gouvernement Di Rupo veut appliquer dès janvier 2014. L’affaire sera traitée encore cette année.

William Peynsaert

 

Capture d’écran 2013-11-15 à 17.57.31.png

 

 

Le 13 juin 2013, quelque 600 juristes, avocats, membres d’associations et citoyens manifestaient à Bruxelles contre les plans d’économies sur l’aide juridique pro deo prévus par la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open Vld) et contre l’instauration d’une TVA sur les honoraires d’avocats. (Photo Oumnia Berrahal)

Pour les organisations qui ont introduit ce recours, imposer une TVA de 21% sur les honoraires d’avocats est une atteinte aux droits fondamentaux.

Les arguments contre une telle TVA ne manquent pas. Cette augmentation touche le plus durement les personnes à faibles revenus. Il sera en effet bien plus difficile, avec une augmentation des frais de 21%, de consulter un avocat pour un problème locatif ou familial, un contrat de travail ou un différend avec un employeur, etc. Les entreprises assujetties à la TVA ont, elles, la possibilité de récupérer celle-ci, ce qui constitue une opération budgétairement neutre, contrairement au citoyen lambda. Il est certes vrai que la Belgique est le seul pays à ne pas appliquer de TVA aux honoraires d’avocats, mais, dans d’autres pays, il existe un meilleur système pro deo avec un seuil de revenus plus élevé (Pays-Bas) ou une assurance (Allemagne, Royaume-Uni). En outre, contrairement à ce que pensent certains, la mesure serait irréversible. Le droit européen n’autorise pas à supprimer un assujettissement à la TVA une fois que celui-ci a été instauré.

Dégradation du système pro deo

Cette mesure vient en outre s’ajouter à toute une série d’autres qui minent l’accès à la justice.

En 2007 a été instaurée l’indemnité de procédure par laquelle la partie perdante doit payer une somme couplée à la valeur du différend. Sans différenciation selon le niveau des revenus, excepté en cas de pro deo.

En 2011, une TVA a été introduite pour les huissiers et les notaires, ce qui signifie que des gens ayant déjà des problèmes d’endettement doivent payer encore plus.Au début de cette année, c’est la dégradation du système pro deo qui a été entamée, un système qui déjà exclut trop de gens à bas salaires. La ministre de la Justice Turtelboom voulait en plus instaurer un ticket modérateur. Les projets de la ministre sont temporairement à l’arrêt suite aux vives protestations des syndicats, des avocats et les associations de lutte contre la pauvreté. Mais cette réforme est cependant loin d’être écartée.

Par leur recours devant la Cour constitutionnelle, Netwerk tegen Armoede, la FGTB et les autres organisations montrent bien qu’elles sont déterminées et prêtes à tout mettre en œuvre pour empêcher ce nouvel outil de démantèlement du droit à la défense.


*Liste des organisations qui se joignent  à ce recours :


Netwerk tegen Armoede


• FGTB

• L’Ordre des barreaux francophones et germanophone



• Le Syndicat des avocats pour la démocratie



• Le Bureau d’accueil et de défense des jeunes



• Le Syndicat des locataires de logements sociaux



• La Ligue des droits de l’Homme



• L’Association de défense des allocataires sociaux



• L’Atelier des droits sociaux 

04 août 2010

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MINISTRE DOULKERIDIS Christos

Un signal positif dans la lutte contre les logements inoccupés

Bruxelles, mercredi 4 août 2010. Le Secrétaire d'Etat en charge du Logement, Christos Doulkeridis, se réjouit de l'arrêt de la Cour Constitutionnelle qui rejette le recours introduit par le Syndicat des Propriétaires contre l'Ordonnance relative aux sanctions en cas de logement inoccupé. Pour Christos Doulkeridis, "cet arrêt conforte le Gouvernement bruxellois dans sa volonté de lutter contre la crise du logement, en augmentant par tous les moyens possibles la mise à disposition de logements à Bruxelles".

 

Il s'agit certainement d'une étape importante dans la lutte contre les logements inoccupés en Région bruxelloise. En rejetant le recours introduit  par le Syndicat des propriétaires, la Cour Constitutionnelle vient de valider l'Ordonnance adoptée par le Parlement bruxellois le 30 avril 2009 (prise par le Gouvernement bruxellois) relative aux sanctions en cas de logements inoccupés. Cette Ordonnance prévoit d'une part, que les logements laissés inoccupés sans motif légitime pourront dorénavant être frappés d'une amende administrative et d'autre part, que le Président du tribunal de première instance pourra ordonner la réalisation de travaux en vue de la remise du bien sur le marché locatif, contribuant ainsi à diminuer les effets de la crise du logement. En clair, le maintien en inoccupation d’un bâtiment constitue désormais une « infraction administrative ». Enfin, la mesure est innovante en ce qu'elle implique fortement le secteur associatif : des associations agréées sur base notamment de leur connaissance du terrain, pourront alerter l'administration sur l'existence et la localisation de logements inoccupés, ainsi qu'introduire des actions en cessation. L'arrêté organisant cet agrément a déjà été approuvé par le Gouvernement.

 

Pour le secrétaire d'Etat au logement, Christos Doulkeridis, "il s'agit d'un signal fort qui conforte la volonté du Gouvernement bruxellois de lutter contre ce fléau". Et de poursuivre: "si le recours a évidemment retardé la mise en œuvre de cette ordonnance, le Gouvernement n'est pas resté inactif puisque, sur proposition du Secrétaire d'Etat, un service de trois personnes a déjà été mis en place au Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale pour entamer la mise en œuvre du dispositif (une équipe qui préfigure une structure plus large à terme). De plus, nous travaillons actuellement, en concertation avec les communes, aux modalités de mise en œuvre concrètes, administratives et techniques, de l'ordonnance". Christos Doulkeridis s'engage d'ailleurs à continuer à sensibiliser les pouvoirs locaux à ce changement.

 

Par ailleurs, la mesure est innovante en ce qu'elle implique fortement le secteur associatif : des associations agréées sur base notamment de leur connaissance du terrain, pourront alerter l'administration sur l'existence et la localisation de logements inoccupés, ainsi qu'introduire des actions en cessation. L'arrêté organisant cet agrément a déjà été approuvé par le Gouvernement.

 

Avec la refonte des modalités du droit de gestion publique, engrangée au Parlement il y a quelques mois, l'entrée en vigueur de l'ordonnance "logements inoccupés" constituera une seconde avancée importante de la lutte contre les inoccupés depuis le début de la législature.