Dans la foulée du dossier que Le Soir a publié ce week-end, dans lequel la rédaction a tenté, aidée de six experts fiscaux, d’esquisser la réforme fiscale « idéale » dont la Belgique aurait besoin, nous vous proposons ce lundi une série de débats.

> QUIZ : Comprenez-vous quelque chose à vos impôts ?

Le revenu cadastral, même s’il est indexé et majoré, sous-estime les loyers réels, rappelle le Conseil supérieur des Finances. Et si c’est particulièrement choquant, c’est aussi parce que c’est une source d’inégalité entre les contribuables.

Que faire ? Les avis divergent.

> Lire : taxer les loyers ou revoir les revenus cadastraux ?

Nous avons convié Bénédicte Delcourt, directrice du Syndicat national des propriétaires, face à José Garcia, secrétaire général du syndicat des locataires pour en débattre. (le débat sur votre mobile)

Est-ce incongru ou normal de mettre la problématique de l’immobilier dans les glissements possibles de ceux qui voudraient réduire la fiscalité du travail pour la mettre sur d’autres éléments ?

José Garcia : « Je suis plutôt pour une taxation sur le capital. Nous pensons qu’il est injuste quel que soit le système de taxation que certains ne soient pas taxés comme d’autres. On pense au bailleur, c’est quelqu’un qui, en plus d’avoir son bien, le loue à un locataire. On constate que depuis 1975 on n’a plus adapté le revenu cadastral. Pour nous, les bailleurs ont une taxation favorable qui les empêche de pratiquer des loyers plus raisonnables. Ils seront toujours taxés sur les revenus de 1975. »

Bénédicte Delcourt : « Les loyers sont déjà taxés. Deux fois, une fois au précompte immobilier et une autre fois à l’impôt des personnes physiques. Il n’est peut-être pas taxé comme on voudrait. Les choses ont changé depuis 1975, les revenus cadastraux ne correspondent pas forcément à la réalité des choses. »

Une deuxième piste serait de taxer à partir du troisième bâtiment ?

Bénédicte Delcourt : « C’est dangereux. À partir de quand est-on multipropriétaire ? Je comprends que les gens investissent. Le multipropriétaire qui loue à des loyers raisonnables ne sera pas taxé. »

José Garcia : « Le système de taxation est proportionnel au loyer perçu. Le but est de dire « tu retires un max de pognon de ton bien, tu vas être taxé ». Effectivement, nous ne voulons pas taxer excessivement. Ce que nous voulons dire aussi c’est qu’à loyer raisonnable, un impôt raisonnable. Pour moi, un locataire c’est quelqu’un qui paye la maison de celui qui l’a achetée. »

La non-adaptation des revenus cadastraux est-elle un scandale selon vous ?

Bénédicte Delcourt : « Oui c’est injuste mais le problème du revenu cadastral c’est qu’il ne prend pas en compte le risque du propriétaire. On veut prendre une partie des revenus chez les bailleurs sans tenir compte de toutes les charges auxquelles ils doivent faire face, de tous les risques qu’ils prennent. Faisons table rase, revoyons la fiscalité immobilière dans tous ses aspects. Ma crainte est qu’on aille seulement chercher des bouts de budget dont on a besoin mis que globalement on ne change rien. »

Si on devait remettre à plat toute la fiscalité, seriez-vous pour la taxation des loyers réels ?

Bénédicte Delcourt : «  Rien ne s’y oppose en effet. Si on fait taxer les loyers réels, ce n’est pas suffisant. Le gouvernement n’y touchera pas à la fiscalité. Enfin pas dans le bon sens.  »

José Garcia : « Les régions sont compétentes sur la loi des loyers. Elles pourraient déjà prendre des décisions. On craint qu’en Belgique il y ait des réglementations différentes selon les Régions. On voudrait voir ça au niveau fédéral. Si l’indexation des loyers au niveau fédéral n’est pas possible, le régional doit agir. Le SNP n’a pas bougé en 40 ans mais grâce à ce débat, j’apprends qu’il va bouger. Il y a une avancée c’est certain, sans pour autant dire qu’on est d’accord. La fiscalité immobilière doit être changée de tout au tout, Ce serait un grand pas afin d’éviter le travail au noir. »