07 avril 2014

LA FORCE DES ÉLECTEURS : VIRTUS ELECTORUM

DH LISTE SL 4:04:2014.png

05 avril 2014

VIRTUS ELECTORUM: LA LISTE DU SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

Bruxelles: "Virtus Electorum", la liste du syndicat des locataires

REGIONS | mercredi 2 avril 2014 à 10h30



  • Le parti aurait déjà obtenu les signatures nécessaires - YORICK JANSENS - BELGA

    Un tout nouveau venu dans le paysage politique bruxellois, le syndicat des locataires compte déposer une liste pour les élections régionales. C'est une première. Cette liste s'appellera "Virtus Electorum", autrement dit la force de l'électeur. L'objectif sera surtout de dénoncer l'échec des politiques actuelles en matière d'accès au logement pour tous.

    Le slogan du parti : "Il faut réguler les prix dans le Privé". Pour José Garcia, le secrétaire général du syndicat des locataires, qui figurera sur cette liste Virtus Electorum, les choses vont en s’empirant : "Le prix des loyers, malgré une diminution, mais tellement symbolique qu’elle en est risible, reste à des montants qui sont toujours impayables pour la majorité des Bruxellois".

    Selon le parti, leur but n’est pas de prendre nécessairement le pouvoir mais de créer un électrochoc parmi les autres partis : "Nous ne voulons pas nous substituer aux politiques mais nous pensons qu’aujourd’hui, la seule possibilité de créer cet électrochoc c’est de présenter cette liste", ajoute José Garcia.

    Le parti aurait déjà obtenu les signatures nécessaires pour les élections régionales du 25 mai prochain. La liste sera dévoilée mardi.

     

    RTBF

VIRTUS LOGO.png

 

 

 

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 

PARTENAIRES virtus electorum.png

02 février 2014

PROGRAMME DES ATELIERS "ZINNEKE PARADE"

Affiche ZINNEKE PARADE 2014.jpg

18 décembre 2013

Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé de tous

Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé de tous

 

AUX PARLEMENTAIRES BRUXELLOIS

Les autorités de la Région bruxelloise envisagent de voter prochainement une modification de la norme actuellement en vigueur de 3 volt par mètre pour la porter à 6 volt par mètre.

Cette modification aura pour seul et unique but de permettre aux opérateurs de téléphonie mobile de s’attaquer au marché de la 4G pour faire plus de bénéfices.

Or, des études scientifiques effectuées dans divers pays dont notamment la Suède démontrent à suffisance que la norme actuellement existante de 3 volt par mètre est déjà néfaste pour la santé publique.

Il résulte de diverses études que la norme humainement acceptable ne peut dépasser 0,6 volt par mètre.

La modification de la situation actuelle constitue indéniablement une aggravation de la situation sanitaire et résulte essentiellement des pressions exercées par les opérateurs en vue de s’adapter à l’évolution du marché de la 4G.

Par conséquent, les signataires de la présente pétition demandent aux parlementaires régionaux:

1. Un moratoire pour toute nouvelle implantation d’antenne GSM,

2. Le non-dépassement de la norme actuellement fixée à 3 volt par mètre et dans les 6 mois de la présente pétition, sa diminution au seuil de 0,6 volt par mètre assurant la meilleure protection de la santé conformément aux études scientifiques en la matière,

3. L’organisation d’un véritable débat public à ce sujet, réunissant les tenants des deux positions.

 

                 

POUR SIGNER CETTE PÉTITION CLIQUEZ SUR L'IMAGESIGNER.pngSi vous imprimez cette pétition, elle peut être renvoyée au Syndicat des Locataires, 32, Square Albert 1er à 1070 Anderlecht

+D'INFO : syndicatdeslocataires@gmail.com   02/522 98 69

http://syndicat-des-locataires.skynetblogs.be/




 

Ordonnance 4G : la fuite en avant...

Publié le mercredi 18 décembre, par IEB

Alors que le parlement bruxellois s’apprête à voter d’initiative une ordonnance révisant l’ordonnance de 2007 relative à la protection de l’environnement contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les radiations non ionisantes (entendez par là les ondes GSM), Inter-Environnement Bruxelles (IEB) tient à exprimer sa ferme opposition à cette mesure qui double le seuil de puissance admissible d’ondes dans l’espace public, quadruple la puissance émise par opérateur et propose une norme 100 fois plus laxiste que ce que ne conseille la plupart des études qui prouvent les effets biologiques des ondes électromagnétiques sur le corps humain.

Cette nouvelle ordonnance viole la jurisprudence liée à l’article 23 de la Constitution qui interdit au législateur de « diminuer sensiblement le niveau de protection existant, sauf si cette diminution est concrètement et raisonnablement justifiée par un motif impérieux d’intérêt général et est proportionnelle ».

Alors que la 4G n’est pas nécessaire pour la plupart des usages qui sont fait aujourd’hui de la téléphonie mobile et qu’à ce jour, les opérateurs refusent de prendre le temps de trouver une solution technique qui protège la santé des citoyens, ce projet d’ordonnance constitue une véritable fuite en avant que nous ne pouvons que réprouver. Quelle société voulons-nous offrir à nos enfants ? Apparemment, une société qui n’hésite pas à jouer, sans enquête publique, avec la santé des citoyens pour le profit de quelques opérateurs télécom dont les objectifs « court-termistes » de rentabilité n’ont d’égal que leur profonde mauvaise volonté à prendre le temps de mettre au point des technologies qui respectent le principe de précaution.

Rappelons que l’ordonnance de 2007 avait fait l’objet de travaux préparatoires extrêmement sérieux de la part des parlementaires et que ceux-ci défendaient à l’unisson le principe de précaution, annonçant même qu’ il était « essentiel de bétonner la norme de 3V/m. Rien n’empêche de légiférer à nouveau par la suite et d’imposer une norme inférieure, compte tenu de nouveaux éléments... »

Les nouveaux éléments, à charge, ne manquent pourtant pas tant les études prouvant les effets biologiques des ondes electromagnétiques se multiplient. Ces études sont compilées dans le rapport Bioinitiatives disponible sur le site www.bioinitiative.org.

Pour plus de détails sur les enjeux de cette ordonnance, nous vous invitons à consulter notre analyse : Ordonnance « 4G » : cessons la fuite en avant....

 

23:00 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS, ANTENNES GSM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires |  Facebook |  Imprimer |

03 décembre 2013

PAS D'ANTENNES AU MALOU !

SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

 

Suite à la décision du CPAS de Bruxelles de « suspendre » l'implantation de 9 antennes de téléphonie mobile sur son immeuble de la rue Jules Malou à Etterbeek, le Syndicat des Locataires tient à vous communiquer sa position par rapport à l'acte posé par ledit CPAS.

 

  1. Nous nous réjouissons que le CPAS s'inquiète à ce stade de la procédure des éventuels dangers que de telles implantations peuvent présenter pour la santé des riverains se trouvant à proximité des antennes.

  2. Nous ne comprenons pas pourquoi le CPAS de Bruxelles décide (nous le citons) : « d'instaurer un moratoire sur cette proposition de location pour l'installation d'antennes émettrices d'ondes pour téléphonie sur l'immeuble à l'avenue Malou. » puisqu'en théorie il n'existe aucun engagement légal avec Mobistar. Dans ce cadre le seul moratoire que le CPAS pourrait instaurer c'est en interrompant toute discussion avec les opérateurs de téléphonie mobile.

  1. Faut-il en outre rappeler aux responsables du CPAS qu'il n'existe aucune loi qui les oblige à installer sur les toits de leurs immeubles des antennes de téléphonie mobile ? Et ce même si les opérateurs étaient détenteurs de toutes les autorisations requises !

    Nous ne comprenons pas pourquoi le CPAS fait une telle demande à Bruxelles Environnement. Bruxelles Environnement étant un organisme régional de contrôle du respect de la législation environnementale ne peut en théorie répondre à une telle question. En d'autres termes, la seule réponse que Bruxelles Environnement va fournir au CPAS de Bruxelles c'est effectivement que Mobistar respecte la règlementation en vigueur en Région Bruxelloise et c'est d'ailleurs pour cette raison que cet organisme lui a accordé le 24/09/2013 le permis d'environnement.

  2. Il serait plus judicieux pour le CPAS d'adresser ses questions sur les dangers potentiels des champs électromagnétiques liés à la téléphonie mobile à Madame Laurette Onkelinx, Ministre de la Santé, ainsi qu'à Madame Céline Frémault qui au niveau de la COCOF a également une responsabilité dans ce domaine.

 

Nous demandons enfin au CPAS de consulter les innombrables études qui démontrent que toute émission d'ondes électromagnétiques dépassant 0,6 v/m représentent un réel danger pour la santé de tous les humains et en particulier pour les femmes enceintes et les jeunes enfants (cf résolution 1815 du Conseil de l'Europe du 25/05/2011 et le rapport Bioinitiative 2012).

 

Nous attirons également l'attention du CPAS sur le fait que depuis les années 2003 la grande majorité des assureurs exclu de leur police d'assurance les aléas liés aux champs électromagnétiques et autres radiations émises par les téléphones portables et les antennes relais.

Si les Compagnies excluent de leur garantie de tels risques c'est que ces risques sont bien réels. Dans le cas contraire, pourquoi ces Compagnies ne couvriraient-elles pas ces aléas ?

 

Si les réelles motivations du CPAS sont d'assurer une parfaite protection des habitants, il devrait purement et simplement refuser toute implantation d'antennes dépassant la puissance de 0,6 v/m et ce uniquement sur base des études existantes.

La Commune d'Anderlecht a d'ailleurs voté une motion en novembre 2012 interdisant sur son territoire toute nouvelle implantation d'antenne dépassant les 0,6 v/m.

 

Nous demandons dès lors aux membres du Conseil de l'Action Sociale :

  • De décider d'un moratoire sur l'implantation de toute nouvelle antenne sur leurs immeubles sur base du principe de précaution et ce tant qu'un débat large, sérieux et contradictoire n'ait lieu en Région Bruxelloise.

  • De poser les questions non pas à Bruxelles Environnement mais aux autorités sanitaires compétentes du pays.

  • De renégocier l'ensemble des contrats en vigueur en exigeant des opérateurs qu'ils respectent la norme de 0,6 v/m.

 

 

Fait à Anderlecht, le 3 décembre 2013


José GARCIA

Secrétaire général

26 novembre 2013

LES LOCATAIRES DU FOYER SCHAERBEEKOIS MANIFESTENT LEUR MÉCONTENTEMENT

C'EST DANS LA PRESSE

 

LA CAPITALE

Publié le 25/11/2013

Schaerbeek: manifestation devant le Foyer schaerbeekois ce lundi pour dénoncer des problèmes de chauffage

A. D.

Suite à des problèmes de chauffage depuis plusieurs mois et qui n’ont toujours pas été réglés au sein des logements sociaux Gaucheret-Thomas, le Syndicat des Locataires de Logements Sociaux (SLLS) a décidé d’organiser une manifestation devant le Foyer schaerbeekois, ce lundi 25 novembre, dès 17h30.

Sur son site internet, le SLLS appelle tous les locataires concernés à venir en nombre ce lundi. Par la même occasion, le syndicat demandera au conseil d’administration du Foyer schaerbeekois – qui se réunira à 18h – de résoudre les désagréments évoqués. Une proposition de dédommagement et de réparation sera aussi réclamée. Identifiés depuis le mois d’août dernier, ces problèmes de chauffage ont par ailleurs occasionné plusieurs incidents chez les résidents. Le communiqué du SLLS nous informe qu’un des habitants de ces logements s’est brûlé avec de l’eau bouillante et une famille a été intoxiquée par du monoxyde de carbone (CO). Des accidents survenus suite à des solutions qu’ont mis en place les locataires pour tenter de pallier le manque de chauffage et d’eau chaude. C’est le mercredi 20 novembre, dans le cadre d’une assemblée générale de la SLLS, que les membres du syndicat ont décidé, à l’unanimité, d’organiser cette protestation. Pour rappel, le Foyer schaerbeekois est une société coopérative à responsabilité limitée de création et de gestion de logements sociaux qui a pour but d’offrir un logement décent aux populations défavorisées de Schaerbeek.

 

Publié le Mardi 26 Novembre 2013 à12h42

Régions > Bruxelles > Actualité

Manifestation devant le Foyer schaerbeekois pour réclamer le rétablissement du chauffage

Rédaction en ligne

Une centaine de locataires des logements sociaux Gaucheret-Thomas à Schaerbeek ont manifesté lundi soir devant le Foyer schaerbeekois pour réclamer le rétablissement du chauffage et de l’eau chaude coupés depuis le mois d’août dernier, a indiqué mardi le Syndicat des locataires, qui était à l’origine de l’action.


Le Foyer Schaerbeekois.

D.R.

Le Foyer Schaerbeekois.

La manifestation s’est déroulée lundi soir rue de la Consolation, devant les bureaux du Foyer schaerbeekois dont le conseil d’administration se réunissait le soir même. Une centaine de locataires du complexe de logements sociaux Gaucheret-Thomas dépendant du Foyer schaerbeekois s’y est rassemblée pour exprimer son indignation face à l’absence de chauffage et d’eau chaude qui perdure depuis plusieurs mois.

Les manifestants ont également fait part de plusieurs incidents causés par les solutions qu’ils ont été contraints de mettre en place pour pallier le problème. Ils ont finalement obtenu du Foyer schaerbeekois la promesse de dédommagements dont les montants n’ont pas encore été fixés. Le Foyer schaerbeekois s’est également engagé à instaurer un dialogue avec le Syndicat des locataires afin que de tels désagréments ne se produisent plus à l’avenir.

 

 HET NIEUWSBLAD

BEWONERS BETOGEN TEGEN KOUDE WONINGEN .png

23 novembre 2013

MANIFESTATION DEVANT LES BUREAUX DU FOYER SCHAERBEEKOIS rue de la Consolation 70 1030 Bruxelles

Capture d’écran 2013-11-23 à 11.48.35.png

11:56 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : huurdersbond, syndicat des locataire, manifestation, foyer schaerbeekois |  Facebook |  Imprimer |

16 novembre 2013

Aan alle grote kraken komt een einde

Aan alle grote kraken komt een einde

door Christophe Degreef © Brussel Deze Week
Brussel

Met de uitzetting van het Gesùklooster kwam er een einde aan de bezetting van het meest bekende en grootste Brusselse kraakpand. Nochtans zijn zulke kraakpanden niet nieuw. In de recente geschiedenis werden er verschillende grote leegstaande gebouwen bezet. Een overzicht.

 

Capture d’écran 2013-11-16 à 18.46.06.png

V oor een overzicht van grote kraakpanden doen we een beroep op José Garcia, voorzitter van het Brusselse syndicat des locataires. Garcia heeft met zijn decennialange ervaring een goed zicht op enkele historisch grote kraakpanden.

 

Capture d’écran 2013-11-16 à 18.47.51.png

“De eerste grote kraak van Brussel vond plaats in 1995 in Oudergem,” zegt Garcia. “Een grote groep daklozen bezette toen het Kasteel La Solitude. Zij hadden al een rondgang doorheen alle negentien Brusselse gemeenten achter de rug en besloten om halt te houden in het leegstaande kasteel tegen het Zoniënwoud. Zij voerden vooral strijd om OCMW-steun te verkrijgen. Die gebeurtenis kan beschouwd worden als de eerste bezetting in zijn genre.”

“Een ander spraakmakend gebouw was de Waterloolaan 103, ongeveer tien jaar geleden, waar nu het Belgische en Europese hoofdkwartier van de Amerikaanse Scientology-sekte gelegen is. Dat leegstaande gebouw was een zeer grote kraak; er woonden zo’n 350 mensen in. Een andere bekende kraak is die op de Koningsstraat 123 in het centrum van de stad. Maar dat is een speciale categorie omdat de krakers er een conventie met de overheid hebben gesloten. Hun kraak is dus min of meer gelegaliseerd en zij hebben de garantie dat zij door de politie met rust gelaten worden.”

Drank- en drugsverslaafden
Garcia weet naast de plaatsen waar werd gekraakt ook hoe samenlevingen binnen een kraakpand tot stand komen. “De eerste bezettingen waren vooral het werk van kunstenaars en waren lichtjes politiek geïnspireerd. Gaandeweg is dat veranderd en zijn samenlevingen in kraakpanden erg gemengd geworden. Tegenwoordig kan je er van op aan dat een kraakpand draait rond een minimum aan mensen die uit de boot vallen. Laten we hen ‘de uitgeslotenen’ noemen. De bezetting in Oudergem was daar het eerste voorbeeld van: honderd mensen die bijstand van het OCMW eisten en daarvoor een kasteel bezetten dat van de overheid was. Het probleem is dat als je de deur openlaat als kraker, je vroeg of laat met te veel ongure elementen te maken krijgt. Een kraakpand kan wel zijn portie drank- en drugsverslaafden aan, maar als er geen regels afgesproken worden, dan loopt het gegarandeerd uit de hand.”

“De strategie van een gebouw bezetten dat eigendom is van een overheid werd ook toegepast op het kraakpand aan de Waterloolaan. Helaas voor hen was dat een verkeerde gok. Men dacht dat het eigendom was van de Franse Gemeenschap, maar in feite werd het door die overheid gehuurd en was het eigendom van een Antwerpse diamantairsfamilie. Soit. Die kraak begon met 30 mensen en eindigde met 350. De ordediensten, normaal gezien gevreesd door krakers, lieten toen ook betijen omdat men toen al wist dat Scientology in dat gebouw zou gaan huizen. De politiek was toen zelfs krakers beter gezind dan een sekte.”

“In de Waterloolaan waren de krakers er min of meer in geslaagd om een solidaire samenleving op te zetten. Toch waren er veel problemen, zoals geweld gelieerd aan drank en drugs. Het is niet makkelijk om dan de politie te bellen, want je bent eigenlijk illegaal bezig. De moeilijkheid voor oprechte krakers bestaat erin dat ze zowel problemen van binnen als van buiten moeten zien het hoofd te bieden. Buiten wacht een eventuele uitzetting, binnen problemen gekoppeld aan het kraken zelf. Een goede krakerssamenleving heeft dus regels nodig en als het kan ook een soort van eigen politie. In de Waterloolaan deden de krakers op een bepaald moment een beroep op privébewaking, bijvoorbeeld. Dat was toen nodig omdat mensen van Scientology de krakers manu militari uit het gebouw wilden vegen. De politie heeft toen krakers en sekteleden van elkaar moeten scheiden.”

Akkoordje met de overheid
​Het best geregeld is het kraakpand aan de Koningsstraat 123,” zegt Garcia. “Door de conventie met de overheid is er garantie dat de politie ongure elementen in het kraakpand kan arresteren zonder aan de oprechte krakers te raken. Drank en drugs zijn er verboden en dienen buitenshuis genuttigd te worden. Alleen zo zijn grote kraakpanden leefbaar. Slaagt men er niet in om zo’n conventie te sluiten, dan blijft de situatie hoogst onzeker. Dat is wat er in het Gesuklooster is gebeurd. Burgemeester Emir Kir (PS) van Sint-Joost-ten-Node heeft van zijn recht gebruik gemaakt om het klooster gevaarlijk te verklaren. Een burgemeester kan dat als hij vindt dat de openbare orde in het gedrang komt of niet gegarandeerd wordt.”

Aan alle grote kraken komt een einde, zo weet Garcia ook. “Als je geen akkoordje met de overheid kan sluiten dan is het vroeg of laat gedaan. Een deel van de krakers die op de Waterloolaan woonden is toen via een omzwerving op het Moricharplein in Sint-Gillis in het Gesùklooster terechtgekomen.”
“Als u mij vraagt waarom kraken nodig zou zijn, dan antwoord ik u dat lege gebouwen gevuld moeten worden, zeker in een stad als Brussel, waar veel woningnood is en veel verschoppelingen wonen. En zeker in gebouwen die de overheid toebehoren,” besluit Garcia.

15 novembre 2013

RECOURS CONTRE L'INSTAURATION DE LA TVA SUR LES HONORAIRES D'AVOCATS

 

Avec d’autres organisations*, la FGTB, le SYNDICAT DES LOCATAIRES et Netwerk tegen Armoede (le réseau néerlandophone de lutte cotre la pauvreté) ont introduit un recours devant la Cour constitutionnelle pour demander la suspension et l’annulation de l’instauration de la TVA sur les honoraires d’avocats, mesure que le gouvernement Di Rupo veut appliquer dès janvier 2014. L’affaire sera traitée encore cette année.

William Peynsaert

 

Capture d’écran 2013-11-15 à 17.57.31.png

 

 

Le 13 juin 2013, quelque 600 juristes, avocats, membres d’associations et citoyens manifestaient à Bruxelles contre les plans d’économies sur l’aide juridique pro deo prévus par la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open Vld) et contre l’instauration d’une TVA sur les honoraires d’avocats. (Photo Oumnia Berrahal)

Pour les organisations qui ont introduit ce recours, imposer une TVA de 21% sur les honoraires d’avocats est une atteinte aux droits fondamentaux.

Les arguments contre une telle TVA ne manquent pas. Cette augmentation touche le plus durement les personnes à faibles revenus. Il sera en effet bien plus difficile, avec une augmentation des frais de 21%, de consulter un avocat pour un problème locatif ou familial, un contrat de travail ou un différend avec un employeur, etc. Les entreprises assujetties à la TVA ont, elles, la possibilité de récupérer celle-ci, ce qui constitue une opération budgétairement neutre, contrairement au citoyen lambda. Il est certes vrai que la Belgique est le seul pays à ne pas appliquer de TVA aux honoraires d’avocats, mais, dans d’autres pays, il existe un meilleur système pro deo avec un seuil de revenus plus élevé (Pays-Bas) ou une assurance (Allemagne, Royaume-Uni). En outre, contrairement à ce que pensent certains, la mesure serait irréversible. Le droit européen n’autorise pas à supprimer un assujettissement à la TVA une fois que celui-ci a été instauré.

Dégradation du système pro deo

Cette mesure vient en outre s’ajouter à toute une série d’autres qui minent l’accès à la justice.

En 2007 a été instaurée l’indemnité de procédure par laquelle la partie perdante doit payer une somme couplée à la valeur du différend. Sans différenciation selon le niveau des revenus, excepté en cas de pro deo.

En 2011, une TVA a été introduite pour les huissiers et les notaires, ce qui signifie que des gens ayant déjà des problèmes d’endettement doivent payer encore plus.Au début de cette année, c’est la dégradation du système pro deo qui a été entamée, un système qui déjà exclut trop de gens à bas salaires. La ministre de la Justice Turtelboom voulait en plus instaurer un ticket modérateur. Les projets de la ministre sont temporairement à l’arrêt suite aux vives protestations des syndicats, des avocats et les associations de lutte contre la pauvreté. Mais cette réforme est cependant loin d’être écartée.

Par leur recours devant la Cour constitutionnelle, Netwerk tegen Armoede, la FGTB et les autres organisations montrent bien qu’elles sont déterminées et prêtes à tout mettre en œuvre pour empêcher ce nouvel outil de démantèlement du droit à la défense.


*Liste des organisations qui se joignent  à ce recours :


Netwerk tegen Armoede


• FGTB

• L’Ordre des barreaux francophones et germanophone



• Le Syndicat des avocats pour la démocratie



• Le Bureau d’accueil et de défense des jeunes



• Le Syndicat des locataires de logements sociaux



• La Ligue des droits de l’Homme



• L’Association de défense des allocataires sociaux



• L’Atelier des droits sociaux 

02 novembre 2013

EXPULSION DE 250 PERSONNES DU GESÙ.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

DU SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

 

 

 

Suite à la décision du Bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode, Monsieur Emir Kir, d’expulser les 250 occupants de l’église du GESÙ, le Syndicat des Locataires demande, instamment, à Emir Kir de suspendre l'arrêté de police qu'il a pris ce jeudi 31/10/2013.

 

En étroite collaboration avec le Secrétaire d’État, Monsieur Christos Doulkeridis et les associations de défense des occupants, Emir Kir doit impérativement entamer un relogement de l’ensemble de ces personnes.

 

Nous pensons, en effet, que mettre 250 personnes à la rue est un acte indigne d’une autorité politique responsable, cet acte inhumain étant perpétré  par ailleurs par un dignitaire politique se réclament de la CHARTE DE QUAREGNON !  

 

Nous pensons que cette décision est totalement contraire à notre Constitution, même et y compris pour celles et ceux des occupants qui n’auraient pas de titre de séjour dans notre pays. Jeter ces familles à la rue est en outre générateur de troubles à l'ordre public, lequel doit être garanti par le premier magistrat de la commune!

 

Nous estimons, également, que le Bourgmestre ne peut pas prendre des décisions de ce type sans prévoir, en même temps et au minimum, un processus de relogement de tous les occupants.

 

Récemment, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a pris un Arrêt (affaire 62688/13) interdisant à l’état espagnol d’expulser les habitants d’un bâtiment que ceux-ci occupaient dans la commune de SALT (GÉRONE).(voir bas de page)

 

La Cour estime en effet, qu'expulser des personnes sans prévoir des mesures de relogement est contraire à l'article 34 de la Convention européenne des droits de l'homme. La Cour estime que la présence d'enfants accentue le caractère infractionnel de ladite violation.

 

Faut-il rappeler ici que la Belgique  a ratifié en son temps la Convention européenne des droits de l'homme ?

 

Nous appelons, donc, solennellement, Monsieur Emir Kir, à ne pas poser un acte contraire aux droits de l’homme et nous lui demandons de retirer son arrêté STANTE PEDE. Cette demande sera, également, adressée aux Présidents du PS (Fédéral et Régional).

 

 

 

POUR LE SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

JOSÉ GARCIA

 

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

 

 

LETTRE DE LA COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L'HOMME À L’ÉTAT ESPAGNOL

 

 

emir kir,christos doulkeridis,syndicat des locataires,convention européenne des droits de l'homme,gesù,charte de quaregnon

emir kir,christos doulkeridis,syndicat des locataires,convention européenne des droits de l'homme,gesù,charte de quaregnon

 

 

23 octobre 2013

MANIFESTATION CE JEUDI 24 OCTOBRE À 12H Place de Brouckère N° 22 1000 BRUXELLES

SYNDICAT DES LOCATAIRES
 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Suite à l'action entamée ce jour en Front Commun Syndical (CSC, FGTB,...) par les travailleurs d' Assam et de  Sorelo et relative à des pertes d'emplois qu'ils pourraient subir dans le cadre de la fusion des SISP, le SYNDICAT DES LOCATAIRES soutient fermement ces actions et appelle à venir manifester demain devant le siège de la société "Place de Brouckère" n°22 à midi.

Comme nous le craignions, des pertes d'emplois sont donc possibles dans les SISP fusionnées  et ce malgré les accords pourtant dûment signés par nos responsables politiques au sein du COMORI  (COmité de Mise en Œuvre des Réformes Institutionnelles) et de la Région.

Pour votre information notre organisation est opposée à toute forme de fusion des SISP autrement que sous forme volontaire ET  SANS PERTE D'EMPLOI.


José GARCIA

Secrétaire Général du SL

23:33 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS, COMMUNIQUÉS DE PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, assam, sorelo, huurdersbond, comori, front commun syndical |  Facebook |  Imprimer |

PHOTOS DE LA MANIF ASSAM-SORELO 23 et 24/10/2013

assam,sorelo,manif,syndicat des locataires

assam,sorelo,manif,syndicat des locataires

IMG_20131024_122118.jpg

ACTION ASSAM-SORELO 23 10 13.JPG

Capture d’écran 2013-10-26 à 16.54.33.png

17:03 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS, PHOTOS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : assam, sorelo, manif, syndicat des locataires |  Facebook |  Imprimer |

08 octobre 2013

AG DES LOCATAIRES DU FOYER ANDERLECHTOIS/ALBERT 1er

AG LOC FA SQ ALBERT 10 10 2013.png

04 octobre 2013

14 ÈME FESTIVAL DU CINÉMA D'ATTAC

14 ÈME FESTIVAL DU CINÉMA D'ATTAC.png

14 ÈME FESTIVAL DU CINÉMA D'ATTAC MARINALEDA.png

01 octobre 2013

MOTION DU CONSEIL COMMUNAL D'ANDERLECHT DU 22/11/2012

MOTION P1.png

MOTION P2.png

MOTION P2 BIS.png

MOTION P3.png

MOTION P4.png

MOTION P5.png

MOTION P6.png

23:15 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS, ANTENNES GSM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ondes, gsm, motion, c dielis, permis d'urbanisme, anderlecht, philippe debry, gaëtan van goidsenhoven |  Facebook |  Imprimer |

28 septembre 2013

EXPULSION D'UN LOCATAIRE ÉVITÉE À LAEKEN

2 ARTICLES DE LA DH

 

 Le Syndicat des Locataires tente de repousser une condamnation non exécutoire... mais fixée à mercredi !

Ce n’est pas José Garcia qui le contesterait. Pour avoir bloqué son loyer sur un compte sous prétexte d’état déplorable de son 128, rue Léopold Ier, Adel Abdessalem n’aura d’autre choix que de quitter l’insalubre toit. Le mardi 7 mai 2013, le tribunal a coulé cette certitude dans celle de la chose jugée. En théorie, le locataire aurait dû vider les lieu dès le 31 mai. Sauf que...

"Deux huissiers sont convaincus que le jugement est exécutable", déplore le secrétaire général du Syndicat des locataires. Or, selon cet expert du terrain, un hiatus reculerait l’échéance, fixée à mercredi matin.

"Les raisons pour lesquelles il doit quitter son toit sont injustes. Il a fait la bêtise de freiner le versement du loyer parce que l’appartement est crade. Il ne faut jamais procéder de la sorte ! Soit. Mais pour être exécutoire, un jugement doit le signifier en toutes lettres. Sinon, en cas d’appel, le jugement est suspendu...", certifie José Garcia. En l’état, Adel Abdessalem, a initié la procédure d’appel en date du 24 juin 2013, c’est-à-dire à heure et à temps. Mais, raconte encore le boss du Syndicat des locataires, les huissiers s’obstinent envers et contre tout; et débarqueront, en principe, mercredi matin pour que l’infortuné déguerpisse.

Selon José garcia, le couple de huissiers s’apprêterait à commettre une "grave erreur". Derniers recours du défenseur de qui n’accède guère à la propriété ? La presse, on l’aura compris, la chambre des huissiers, l’avocat du bailleur et la bâtonnier : "Nous leur lançons un appel ! Dans les deux cas, celui du bâtonnier et celui de la chambre, nous espérons une réponse ce mardi matin".

S’il devait in extremis obtenir gain de cause, le Syndicat des locataires pourrait, à tout le moins, aider le futur expulsé à se retourner. Et à ne pas répéter la sottise qui lui aura coûté rien de moins qu’un logement.

G. Be

24 septembre 2013


social Laeken Plus d’expulsion au 128, rue Léopold Ier !

Secrétaire général du Syndicat des locataires, José Garcia a poussé un ouf de soulagement, hier, en fin d’après-midi. "C’est gagné ! Les huissiers ont suspendu leurs démarches...", s’est-il réjoui. La veille, ce défenseur des plus faibles nous avait alerté sur l’expulsion du 128, rue Léopold Ier que risquait Adel Abdessalem. Condamné à déguerpir, celui-ci s’est trouvé une porte de sortie, grâce au syndicat. Faute d’avoir été explicitement exécutoire, le jugement ne pouvait être exécuté. "Un appel - ce qui fut fait - suspendait cette décision, prévue ce mercredi." Encore fallait-il que le bâtonnier adhère à la thèse défendue par José Garcia. Ce qui fut fait ce mardi. Juste à temps.

G. Be 

25 septembre 2013

04 septembre 2013

APPEL À LA RÉUNION DU 9/9/2013,20H AU CHAMBERY (ETTERBEEK)

syndicat des locataires,huurdersbond,gsm,3g,4g,umts,rue malou,antennes relais,mobistar,oms

 

REUNION CHAMBERY GSM.png


 

+D'INFO http://julesmalou.wordpress.com/

julesmalou@mail.be

syndicatdeslocataires@gmail.com

 

23:00 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, huurdersbond, gsm, 3g, 4g, umts, avenue jules malou, antennes relais, mobistar, oms, etterbeek |  Facebook |  Imprimer |

07 juin 2013

MANIF SOS PRO DEO 13 JUIN À 10H

sos pro deo,manif sos pro deo 13 juin,syndicat des locataires,huurdersbond

 

 

 

 

SOS PRO DEO AFFICHE nl.png

23:13 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sos pro deo, manif sos pro deo 13 juin, syndicat des locataires, huurdersbond |  Facebook |  Imprimer |

31 mai 2013

JUSTICE POUR TOUS

sos pro deo.png

page 2.png

 

 

aide aux personnes déplacées,association de défense des allocataires sociaux,association pour le droit des etrangers,association syndicale des magistrats,atelier des droits sociaux,attac wallonie-bruxelles,attac vlaanderen,cap migrants,caritas international,centre d’action laïque,centre avec,centre familial belgo-immigré,centre social protestant,comité pour la liberté d’expression et d’association,centrale nationale des employés,comac en droit,collectif solidarité contre l’exclusion,comité belge d’aide aux réfugiés  comité voor hulp aan vluchteli,confédération des syndicats chrétiens  algemeen christelijk vakv,csc bruxelles halle vilvorde  acv brussel hal vilvoorde,coordination et initiatives pour réfugiés et etrangers,défense des enfants internationale – belgique,démocratie 2000,droits sans toit,dynamo international,equipes populaires,espace 28,espace p,espace social télé-service,fass fédération des associations,fédération des maisons médicales et des collectifs de santé fran,fédération générale du travail de belgique algemeen belgisch vak,fgtb bruxelles,fgtb wallonne,fédération wallonne des assistants sociaux de cpas,forum bruxellois de lutte contre la pauvreté,free clinic,forum gauche écologie,gezinsbond,jesuit refugee service belgium,jeunesse et droit,justice et paix,kristelijke werknemersbeweging,la chom’hier,ligue des familles,ligue des droits  de l’homme,médecine pour le peuple  geneeskunde voor het volk,mouvement ouvrier chrétien,nederlandstalige vrouwenraad,netwerk tegen armoede




Les associations signataires

 

 

 

Aide aux Personnes Déplacées, Association de défense des allocataires sociaux, Association pour le Droit des Etrangers, Association Syndicale des Magistrats, Atelier des Droits sociaux, Attac Wallonie-Bruxelles, Attac Vlaanderen, Cap Migrants, Caritas International, Centre d’Action laïque, Centre Avec, Centre familial Belgo-Immigré, Centre social protestant, Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association, Centrale Nationale des Employés, Comac en Droit, Collectif Solidarité contre l’Exclusion, Comité Belge d’Aide aux Réfugiés / Comité voor Hulp aan Vluchtelingen, Confédération des Syndicats Chrétiens / Algemeen Christelijk Vakverbond, CSC Bruxelles Halle Vilvorde / ACV Brussel Hal Vilvoorde, Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Etrangers, Défense des Enfants Internationale – Belgique, Démocratie 2000, Droits sans toit, Dynamo International, Equipes populaires, Espace 28, Espace P, Espace social Télé-Service, Fass Fédération des associations, Fédération des Maisons Médicales et des Collectifs de santé francophones, Fédération générale du Travail de Belgique /Algemeen Belgisch Vakverbond, FGTB Bruxelles, FGTB Wallonne, Fédération wallonne des assistants sociaux de CPAS, Forum bruxellois de lutte contre la pauvreté, Free Clinic, Forum Gauche écologie, Gezinsbond, Jesuit Refugee Service Belgium, Jeunesse et Droit, Justice et Paix, Kristelijke werknemersbeweging, La Chom’Hier, Ligue des Familles, Ligue des Droits de l’Homme, Médecine pour le Peuple / Geneeskunde voor het Volk, Mouvement Ouvrier Chrétien, Nederlandstalige Vrouwenraad, Netwerk tegen Armoede, Ordre français des Avocats du barreau de Bruxelles, Pax Christi Vlaanderen, Pax Christi Wallonie-Bruxelles, Platform for International Cooperation on Undocumented Migrants, Point d’Appui, Progress Network Lawyers, Recht op Migratie, Réseau Belge de Lutte contre la Pauvreté/Belgisch Netwerk Armoedebestrijding, Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, Samenlevingsopbouw, Samenlevingsopbouw Brussel, Service Droit des Jeunes, Service Social de Solidarité Socialiste, Services Sociaux des Quartiers 1030, Syndicat des Avocats pour la Démocratie, Service International de Recherche, d’Education et d’Action Sociale, Syndicat des Locataires, Vie Féminine, Vivre Ensemble, Vluchtelingenwerk Vlaanderen

 

17:36 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aide aux personnes déplacées, association de défense des allocataires sociaux, association pour le droit des etrangers, association syndicale des magistrats, atelier des droits sociaux, attac wallonie-bruxelles, attac vlaanderen, cap migrants, caritas international, centre d’action laïque, centre avec, centre familial belgo-immigré, centre social protestant, comité pour la liberté d’expression et d’association, centrale nationale des employés, comac en droit, collectif solidarité contre l’exclusion, comité belge d’aide aux réfugiés comité voor hulp aan vluchteli, confédération des syndicats chrétiens algemeen christelijk vakv, csc bruxelles halle vilvorde  acv brussel hal vilvoorde, coordination et initiatives pour réfugiés et etrangers, défense des enfants internationale – belgique, démocratie 2000, droits sans toit, dynamo international, equipes populaires, espace 28, espace p, espace social télé-service, fass fédération des associations, fédération des maisons médicales et des collectifs de santé fran, fédération générale du travail de belgique algemeen belgisch vak, fgtb bruxelles, fgtb wallonne, fédération wallonne des assistants sociaux de cpas, forum bruxellois de lutte contre la pauvreté, free clinic, forum gauche écologie, gezinsbond, jesuit refugee service belgium, jeunesse et droit, justice et paix, kristelijke werknemersbeweging, la chom’hier, ligue des familles, ligue des droits de l’homme, médecine pour le peuple geneeskunde voor het volk, mouvement ouvrier chrétien, nederlandstalige vrouwenraad, netwerk tegen armoede |  Facebook |  Imprimer |

26 mai 2013

MANIFESTATION POUR L'ENCADREMENT DES LOYERS

MANIF DU 25:05:2013.png

 

REVENDICATIONS

 

Ce week-end, Rudy Vervoort, nouveau Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale, emmène les membres du gouvernement bruxellois en séminaire à la Côte belge, pour faire avancer « quelques dossiers en souffrance » de cette fin de législature.

 

Au même moment et quelle que soit la météo, les Bruxellois descendront dans la rue ce samedi pour exprimer leurs difficultés à trouver un logement. Ce hasard de calendrier (ou signe du destin) leur permet de rappeler au gouvernement que 50% des ménages bruxellois sont dans les conditions de revenu leur permettant théoriquement d’accéder au logement social, que seul 8% du parc de logements est constitué de logements sociaux et que 41.000 ménages sont inscrits sur les listes d’attente.

 

Face à ces chiffres abyssaux, il conviendrait qu’au terme du week-end, le gouvernement puisse enfin tomber d’accord sur quelques nécessités pressantes :

 

1. Puisque les Bruxellois sont aujourd’hui majoritairement logés sur le marché privé qui pratique des loyers insoutenables pour la plupart des familles, il est essentiel de mettre en place un système de régulation des loyers basé sur la réelle capacité contributive des Bruxellois. L’accord de majorité du gouvernement bruxellois prévoyait de faire des pas en ce sens. A un an de la fin de la législature, il est plus que temps d’avancer !

 

2. Le foncier public est un bien commun qu’il convient de préserver en toutes circonstances : il faut mettre un point d’arrêt aux politiques de délestage des terrains publics au profit du marché privé. Les terrains publics doivent servir exclusivement à des fins d’intérêt général (logements aux loyers abordables, équipements collectifs de proximité) et pour une grande part à la construction de logements sociaux.

 

3. Le foncier public étant un moyen déterminant pour endiguer la spéculation immobilière, il convient de se doter d’outils efficaces permettant d’en augmenter la part. Une réforme et un usage soutenu d’outils tels qu’un véritable droit de préemption assorti d’une fixation du prix par les pouvoirs publics sont essentiels et urgents pour contrer la crise du logement.

 

 4. Le territoire étant limité et les besoins en logement énormes, il faut imposer (et non suggérer) aux grands projets immobiliers la construction et la cession d’une part significative de logements (au moins 15% en surfaces, éventuellement modulable si des besoins en équipements sont identifiés) aux pouvoirs publics qui devront les destiner en priorité aux mals logés.

 

Beau temps ou mauvais temps dans le ciel, ce week-end, les Bruxellois exigent avec fermeté une éclaircie sur le front du logement.

 

Communiqué commun aux associations appelant à participer au « Marathon du logement » :

Brusselse raad voor het leefmilieu, Centre Bruxellois d’Action Interculturelle, Chez nous – Bij ons, Collectif ALARM, CSC Bruxelles, Equipes Populaires Bruxelles, Fédération bruxelloise de l’union pour le logement, Inter-Environnement Bruxelles, Ligue des droits de l’homme, Maison de quartier Bonnevie, MOC Bruxelles, Plus Tôt Te Laat, Rassemblement bruxellois pour le Droit à l’Habitat, Syndicat des locataires, Union des Locataires du Quartier Nord, Union des Locataires d’Anderlecht-Cureghem, Woningen 123 Logements.

 

24 mai 2013

 

24 mai 2013

APPEL À L'ACTION NATIONALE/OPROEP NATIONALE  ACTIE

aide juridique,stop au démantèlement du droit à l'assistance juridique,elio di rupo,syndicat des locataires,ciré,ldh,huurdersbond

 

aide juridique,stop au démantèlement du droit à l'assistance juridique,elio di rupo,syndicat des locataires,ciré,ldh,huurdersbond

Signataires de cet appel

De volgende organisaties steunen deze oproep

ABVV - Algemeen Belgisch Vakverbond / FGTB - Fédération générale du Travail de Belgique

ACV - Algemeen Christelijk Vakverbond / CSC - Confédération des Syndicats Chrétiens

ADAS - Association de défense des allocataires sociaux

ADDE - Association pour le Droit des Etrangers

APD - Aide aux Personnes Déplacées

Attac Vlaanderen

Attac Wallonie Bruxelles

Atelier des Droits sociaux

Cap Migrants

Caritas International

Centre Avec ASBL

Centre d’Action laïque

Centre Familial Belgo Immigré

CIRE - Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Etrangers

CLEA - Comité pour la Liberté d'Expression et d'Association

Collectif Solidarité contre l’Exclusion

Comac en Droit

Comité voor Hulp aan Vluchtelingen / Comité Belge d’Aide aux Réfugiés

Democratie 2000

 Equipes populaires

Espace 28 ASBL

FASS - Fédération des Associations

Fédération des Maisons Médicales et des Collectifs de santé francophones

FLBP - Forum Bruxellois de Lutte contre la Pauvreté

Free Clinic

Geneeskunde voor het Volk / Médecine pour le Peuple

Gezinsbond

Jesuit Refugee Service Belgium

Justice et Paix

KWB - Kristelijke Werknemersbeweging

La Chom'hier

Ligue des Droits de l’Homme

MOC - Mouvement Ouvrier Chrétien

Netwerk tegen Armoede

Objectief VZW

Ordre français du barreau de Bruxelles

Pax Christi Vlaanderen

Pax Christi Wallonie-Bruxelles

PICUM

PLN - Progress Lawyers Network

Point d’Appui

Protestants Sociaal Centrum / Centre social protestant

Recht op Migratie

Regionaal Integratiecentrum FOYER VZW

Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté

SAD - Association Syndicale des Magistrats

SAD - Syndicat des Avocats pour la Démocratie

Samenlevingsopbouw Brussel

Service Droit des Jeunes

 

Service Social de Solidarité Socialiste

Services Sociaux des Quartiers 1030

SIREAS - Service International de Recherche, d’Education et d’Action Sociale

Syndicat des Locataires

Vie Féminine

Vluchtelingenwerk Vlaanderen

Vrouwenraad

 

17:47 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS, COMMUNIQUÉS DE PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aide juridique, stop au démantèlement du droit à l'assistance juridique, elio di rupo, syndicat des locataires, ciré, ldh, huurdersbond, abvv - algemeen belgisch vakverbond fgtb - fédération générale , acv - algemeen christelijk vakverbond csc - confédération des s, adas - association de défense des allocataires sociaux, adde - association pour le droit des etrangers, apd - aide aux personnes déplacées, attac vlaanderen, attac wallonie bruxelles, atelier des droits sociaux, cap migrants, caritas international, centre avec asbl, centre d’action laïque , centre familial belgo immigré, cire - coordination et initiatives pour réfugiés et etrangers, clea - comité pour la liberté d'expression et d'association, collectif solidarité contre l’exclusion, comac en droit, comité voor hulp aan vluchtelingen comité belge d’aide aux réfu, democratie 2000,  equipes populaires, espace 28 asbl, fass - fédération des associations, fédération des maisons médicales et des collectifs de santé fran, flbp - forum bruxellois de lutte contre la pauvreté, free clinic, geneeskunde voor het volk médecine pour le peuple, gezinsbond, jesuit refugee service belgium, justice et paix, kwb - kristelijke werknemersbeweging, la chom'hier, ligue des droits de l’homme, moc - mouvement ouvrier chrétien, netwerk tegen armoede, objectief vzw, ordre français du barreau de bruxelles, pax christi vlaanderen, pax christi wallonie-bruxelles, picum, pln - progress lawyers network, point d’appui, protestants sociaal centrum centre social protestant, recht op migratie |  Facebook |  Imprimer |

21 mai 2013

Gauches Communes appelle à participer au "Woning Marathon/Marathon du Logement"

Gauches Communes appelle à participer au Woning Marathon du Logement Samedi 25 mai, 14h. Place Rouppe Bruxelles

Gauches Communes appelle à participer au

Woning Marathon du Logement,

samedi 25 mai à 14h.Place Rouppe Bruxelles.

Cette action est organisée à l’initiative du Syndicat des Locataires et une série d’organisations actives (entre autres) autour de la problématique du logement. La revendication de cette manifestation demande aux pouvoirs publics de réagir d’urgence contre la crise du logement. « Il est grand temps d’agir pour produire massivement des logements réellement accessibles, et pour empêcher la hausse des loyers », revendiquent-elles. Vous pouvez trouver plus d’info sur le site www.woning-marathon-logement.be.

Le logement est un des problèmes les plus importants pour la population bruxelloise. Avec le chômage c’est un des facteurs les plus importants qui mène à la pauvreté. Dans notre tract pour les élections communales d’octobre de lannée passée nous écrivions alors:

“Plus de 36.000 familles sont sur des listes d’attente pour un logement social. Découragés, beaucoup qui y ont droit ne s’inscrivent même plus. Car les promesses préélectorales n’ont jamais été tenues. La pénurie de logements sociaux publics tire le coût de l’ensemble des loyers vers le haut. Ainsi, en moyenne, une famille bruxelloise consacre plus de 30% de son budget au logement, ce qui constitue un cadre favorable aux affaires des promoteurs immobiliers et des “marchands de sommeil”. Il est possible d’y remédier par la construction de logements neufs, par l’acquisition ou la location de logements inoccupés à rénover, et par la réquisition si nécessaire.”

Dans notre programme nous avons défendu comme priorité importante la revendication de 60.000 nouveaux logements sociaux publics de qualité afin de résoudre la pénurie dans les communes bruxelloises. Nous pensons que seulement un programme de création massive de logements sociaux peut réellement créer une pression vers le bas sur les prix de loyer dans le secteur privé.

Gauches Communes appelle donc ses membres et sympathisants à participer à cette action. Sans pression, les partis au pouvoir à différents niveaux dans ce pays ne feront rien contre la crise pénible du logement – les expériences des derniers 20 à 30 années nous l’ont montré. C’est seulement en menant la lutte, avec entre autre des manifestations et des actions comme ce marathon, que des concessions peuvent être obtenues. Rendez-vous à la Place Rouppe le 25 mai à 14h!

22:00 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gauches communes, syndicat des locataires, woning marathon, marathon du logement, samedi 25 mai |  Facebook |  Imprimer |

15 mai 2013

Les loyers grimpent, descendons dans la rue !

 

Les loyers grimpent, descendons dans la rue !

logementssociaux3
14 mai 2013
 

La crise du logement qui sévit à Bruxelles est de plus en plus aigüe. Forcés de consacrer une part toujours plus critique de leurs revenus à se loger, nombre de Bruxellois et de Bruxelloises éprouvent de plus en plus de mal à trouver un logement accessible et de qualité. Depuis plus de 20 ans, les politiques mises en place par les autorités ont été incapables de répondre à la situation parfois dramatique dans laquelle glissent de nombreux ménages. Il est grand temps d’agir pour produire massivement des logements réellement accessibles, et pour empêcher la hausse des loyers.

L’échec des politiques régionales

Alors que près de 50% des familles de la capitale sont dans les conditions d’accès à un logement social, cet ancien « fer de lance » de nos politiques sociales ne représente que 8% du parc de logements de notre Région (+/- 39.000 unités). Des aides considérables ont été attribuées pour soutenir la rénovation de logements publics comme privés, mais leurs effets sont restés plus que limités pour certaines couches de la population. Pendant ce temps, la construction de nouveaux logements publics accessibles aux plus bas revenus est restée dramatiquement insuffisante. Le bilan du Plan Logement de 2004 est particulièrement décevant : sur les 5000 logements publics locatifs annoncés pour 2009, seuls 1040 étaient sortis de terre fin 2012. En 10 ans (2002-2011), on n’a réalisé que 440 logements sociaux supplémentaires, alors le nombre de ménages sur les listes d’attente a augmenté de 16.000 (pour atteindre aujourd’hui 41.000 ménages). Pourquoi cette lenteur ?

Les pouvoirs publics se sont peu à peu tournés vers d’autres politiques que le logement social : aides à l’acquisition, Agences Immobilières Sociales, Fonds du Logement,… Autant de dispositifs qui constituent désormais le corps de la politique du logement de notre Région. Ceci explique sans doute le glissement sémantique opéré au début de cette législature : aujourd’hui, plus personne ou presque n’utilise le terme de « logement social », on ne parle plus que de logements à « gestion publique et à finalité sociale »… La production de logements réellement sociaux semble bel et bien au point mort, remplacée par un logement semi-privé/semi-public souvent acquisitif. Avec quelles conséquences à long terme ?

Même les Sociétés Immobilières de Service Public, en charge du logement social, seront désormais, avec l’entrée en vigueur du nouveau Code du Logement, habilitée à gérer un certain quota de logements moyens. Bruxelles ne cesse de creuser son fossé social, elle exclut les plus pauvres et peine à retenir la classe moyenne.

Un bon plan pour le logement ?

La crise du logement public n’est en fait « que » la partie apparente du problème. Logements insalubres, sur-occupation, vendeurs de sommeil, endettement, expulsions,… Les situations individuelles vécues par un nombre croissant de ménages sont moins médiatisées, mais pas moins interpellantes. Les demandes d’aide auprès des CPAS et associations de première ligne sont en hausse constante, alors que la situation générale du logement ne donne aux ménages en détresse aucune perspective pour sortir de leurs difficultés.

Pendant ce temps, le Gouvernement semble ne plus jurer que par « l’internationalisation » comme remède aux problèmes de sous-financement de la Région. Il mène des politiques de rénovation urbaine favorisant des hausses immobilières qu’aucun dispositif légal ne cherche à encadrer sérieusement. Il offre les rares réserves foncières de Bruxelles à des investisseurs en quête de profits…

Face à cette situation dramatique, il est grand temps que notre Gouvernement prenne la mesure des véritables enjeux qui traversent notre ville et les décisions qui s’imposent. Des mesures d’encadrement des loyers couplées à une forte taxation des logements vides devraient permettre une modération durable des loyers sur le marché privé. La production massive de logements publics locatifs, dont une grande part de logements sociaux, est l’autre grand chantier qui permettrait d’enrayer ce cycle infernal. Ces mesures de bon sens impliquent d’arrêter les politiques diminuant la maîtrise publique du foncier, et de réserver aux seules conditions sociales modestes les aides publiques permettant l’accession à la propriété dans notre territoire confiné.

À l’heure où le Gouvernement finalise son nouveau Plan Régional de Développement Durable, censé traduire les grandes priorités d’actions de la Région à l’horizon 2020, nous réclamons avec force qu’il adopte de telles mesures. Bruxelles a besoin d’urgence d’une politique ambitieuse d’accès équitable au logement ! Cela doit être l’un des principaux objectifs de tout plan de développement.

Le 25 mai, nous appelons les habitants à soutenir ces revendications lors d’une mobilisation festive dans les rues de Bruxelles : une marche qui mettra en scène le parcours du combattant pour trouver un logement décent et abordable dans la capitale.

 

Carte blanche publiée dans « Le Soir » en ligne, le 14 mai 2013

Signataires :
Brusselse raad voor het leefmilieu, Centre Bruxellois d’Action Interculturelle, Chez nous – Bij ons, Collectif ALARM, CSC Bruxelles, Equipes Populaires Bruxelles, Fédération bruxelloise de l’union pour le logement, Inter-Environnement Bruxelles, Ligue des droits de l’homme, Maison de quartier Bonnevie, MOC Bruxelles, Plus Tôt Te Laat, Rassemblement bruxellois pour le Droit à l’Habitat, Syndicat des locataires, Union des Locataires du Quartier Nord, Union des Locataires d’Anderlecht-Cureghem, Woningen 123 Logements.


13 mai 2013

TOUS À LA MANIF DU 25/5/2013

MANIF DU    25 MAI 2013.jpeg.jpg

09:21 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manifestation, syndicat des locataires, huurdersbond |  Facebook |  Imprimer |

03 mai 2013

MARATHON DU LOGEMENT

MARATHON DU LOGEMENT.png

 

 

marathon du logement


Grand Marathon du logement, le 25 mai à Bruxelles !


Les loyers grimpent, descendons dans la rue !

À Bruxelles, la crise du logement frappe de plus en plus durement les plus pauvres mais aussi les classes moyennes.

Le 25 mai, plusieurs organisations bruxelloises (IEB, BRAL, Ligue des droits de l’homme, CSC-Bruxelles, FEBUL, MOC-Bruxelles, Equipes Populaires – Bruxelles, IEB, Syndicat des Locataires, …) appellent à manifester pour demander la mise en œuvre urgente de solutions telles que la construction massive de logements publics, notamment sociaux, et l’encadrement des loyers sur le marché privé.

Afin de porter ces revendications dans l’espace public avec force et bonne humeur, elles organisent le Marathon du chercheur de logement, mettant en scène la disparité entre l’offre et la demande, les listes d’attente, les obstacles et les discriminations…

Rendez-vous samedi 25 mai à 14h sur la place Rouppe pour vous inscrire.

Nombreux lots de consolation à la clef !

***

De Grote Woning Marathon, op 25 mei in Brussel !

Huurprijzen exploderen, kom manifesteren!

De wooncrisis slaat ongenadig toe bij de armsten onder de Brusselaars maar laat zich ook steeds meer voelen bij de Brusselse middenklasse.

Op 25 mei, roepen verschillende Brusselse organisaties ( BRAL, Ligue des droits de l’homme, ACV-Brussel, BFHV, MOC-Brussel, Equipes Populaires-Brussel, IEB,Huurdersbond,…) op om te betogen. Ze vragen dringende actie voor enerzijds een massale constructie van publieke, en meer bepaald sociale, woningen, en anderzijds voor een regulatie van de huurprijzen op de privémarkt.

Om deze eis publiek te maken zullen we het hindernissenparcours verbeelden dat veel Brusselaars moeten doorworstelen om een woning te vinden: de kloof tussen vraag en aanbod, de wachtlijsten, de obstakels en discriminaties, en natuurlijk de te hoge huurprijzen…

Afspraak op zaterdag 25 mei om 14u op het Rouppeplein

Er worden veel troostprijzen voorzien !

29 avril 2013

SOS PRO DEO !!!!

 SOS PRO DEO

 

Appel au Gouvernement : Halte au démantèlement du droit à l’aide juridique !

 



 

En français :  http://www.petitions24.net/halte_au_demantelement_du_droi...

 



 

En Néerlandais :  http://www.petities24.com/stop_afbraak_juridische_bijstand

 

Cette pétition est actuellement portée par les organisations suivantes:

 

Aide aux Personnes Déplacées, Association de défense des allocataires sociaux, Association pour le Droit des Etrangers, Association Syndicale des Magistrats, Attac Vlaanderen, Atelier des Droits sociaux, Cap Migrants, Caritas International, Centre social protestant, Collectif Solidarité contre l’Exclusion, Comité Belge d’Aide aux Réfugiés / Comité voor Hulp aan Vluchtelingen, Centre d’Action laïque, Confédération des Syndicats Chrétiens / Algemeen Christelijk Vakverbond, Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Etrangers, Equipes populaires, Fédération des Maisons Médicales et des Collectifs de santé francophones, Fédération générale du Travail de Belgique / Algemeen Belgisch Vakverbond, Gezinsbond, Jesuit Refugee Service Belgium, Justice et Paix, Ligue des Droits de l’Homme, Médecine pour le Peuple / Geneeskunde voor het Volk, Mouvement Ouvrier Chrétien, Netwerk tegen Armoede, Pax Christi Vlaanderen, Pax Christi Wallonie-Bruxelles, Point d’Appui, Progress Network Lawyers, Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, Samenlevingsopbouw Brussel, Service Droit des Jeunes, Service Social de Solidarité Socialiste, Services Sociaux des Quartiers 1030, Syndicat des Avocats pour la Démocratie, Syndicat des Locataires, Vluchtelingenwerk Vlaanderen,…

 



 

De quoi s’agit-il ?

 

L’aide juridique est ce qui permet en Belgique aux citoyens les plus faibles économiquement et socialement de bénéficier de l’assistance gratuite d’un avocat. L’indemnisation de ce dernier est prise en charge par l’Etat.

 


D’une logique anciennement caritative (le « pro deo » ou le « pro bono »), le législateur belge était passé à une véritable politique de service public. L’article 23 de la Constitution consacre les droits économiques et sociaux comme une obligation à charge des pouvoirs publics. Parmi eux : « le droit à la sécurité sociale, à la protection de la santé et à l’aide sociale, médicale et juridique ».

 


Le Gouvernement fédéral est actuellement en train de revenir sur ce droit de manière très inquiétante.

 


En effet, la réforme de l’aide juridique prévue par la Ministre de la Justice Annemie Turtelboom prend de plus en plus la voie de mesures d’austérité aveugles, en vue d’économies dérisoires par rapport aux atteintes qui en résulteront pour les justiciables concernés, alors que le budget de l’aide juridique en Belgique est déjà inférieur à celui de nombreux autres pays européens et notoirement insuffisant. 

 


L’information ne filtre qu’au compte-gouttes mais la Ministre a confirmé, dans un entretien donné au journal De Standaard  ce week-end (27-28.4.2013), qu’elle présentera un texte au Conseil des Ministres ce 3 mai.

 


Cette réforme impliquera que les personnes disposant de peu de moyens financiers auront dans le futur encore plus difficilement accès à l’aide juridique.

 


En réaction, une coalition inédite et très large de syndicats, d’ONG, d’avocats et d’associations de lutte contre la pauvreté et de défense des droits s’est rassemblée autour de la plateforme Justice pour tous. C’est la première fois que des acteurs du monde social et du monde juridique unissent leurs forces afin de lutter pour un meilleur accès à la justice.

 

 Concrètement, la réforme envisagée par le Gouvernement fédéral belge (présentée par la Ministre de la Justice) comprendrait les mesures suivantes:

 

 

 

  • L’assistance d’un avocat “pro deo” sera rendue partiellement payante pour tous (il s’agit de l’idée d’un « ticket modérateur » par procédure, peu importe que la personne introduise elle-même une action – est demandeur en justice - ou est assignée et doive se défendre);

 

 

  • L’accès au système sera restreint en limitant fortement ou en supprimant les présomptions d’indigence. Cela signifie que là où notre société considérait, jusqu’à présent, qu’il était primordial que diverses catégories de personnes bénéficient de l’aide juridique gratuite, sans condition, soit en raison de leur situation sociale (personnes dépendant du C.P.A.S., d’une pension garantie, allocation de remplacement, handicapés, mineur d’âge,…) soit d’une situation de faiblesse momentanée (personnes en détention, mises en observation en institution psychiatrique etc.), l’intervention d’un avocat serait désormais conditionnée par la démonstration préalable de la preuve d’une insuffisance de ressources du ménage. L’aléa de se procurer des attestations administratives (ou de prendre en compte les ressources de toutes les autres personnes inscrites dans le ménage !) fera que, nécessairement, de nombreuses personnes ne seront en pratique plus assistées, ou le seront plus difficilement.

 

 

  • Le budget de l’aide juridique en droit des étrangers sera diminué et le libre choix de l’avocat restreint via l’instauration d’un système « d’abonnement » qui fera que seul un nombre d’avocats limité, désignés par l’Etat (alors même que les recours sont à diriger contre l’Etat …) pourront intervenir, avec une rémunération forfaitaire par justiciable (et non plus par procédure), en vue de limiter le nombre de recours.  Ces avocats devront s’engager à prendre un grand nombre de dossiers, ce qui fera qu’ils seront sous contrôle de l’Etat et devront faire du « volume », au détriment de la qualité ou du moins de l’excès de zèle. Or les associations spécialisées se plaignent déjà du fait que des avocats négligent le soin à apporter à la défense de leurs clients en séjour illégal ou précaire.

 

 

  • Les bénéficiaires de l’aide juridique devraient en outre s’acquitter d’une somme par procédure. Il s’agit d’une mesure particulièrement inéquitable socialement, contraire au principe de généralité de l’impôt, puisque seules les personnes sollicitant l’aide juridique (donc les plus pauvres) devraient s’acquitter d’un montant par instance, et ce même dans l’hypothèse où elles ne sont même pas à l’origine de la procédure mais se défendent d’une procédure engagée contre elles, pour avoir l’assistance d’un avocat.

 

 

  • Le droit pour l’avocat de réclamer des honoraires en fin de procédure, si le bénéficiaire de l’aide juridique obtient gain de cause et une indemnisation (par exemple une indemnité du bailleur, des arriérés d’allocations de chômage, etc.). Dans ce cas l’avocat pourrait facturer rétroactivement et librement ses honoraires et les imputer des fonds (pour une fois !) perçus par son client, ce qui pourrait réduire à rien ou à pas grand’chose le résultat positif du procès.

 

 

  • Le retour en force du caritatif dans le but de limiter les dossiers où l’Etat aurait à payer l’intervention de l’avocat: d’une part les jeunes avocats stagiaires devront prendre en charge 5 dossiers sans aucune indemnisation (auparavant, une telle obligation de pratiquer l’aide juridique existait, mais avec indemnisation), d’autre part les cabinets d’affaires seront encouragés à aider les pauvres, avec la création d’un label « pro bono » (qui pourra sans doute permettre à terme une déductibilité fiscale, et en tous cas fournira un apport de positionnement d’image pour les grands cabinets internationaux).

 

 

 

 Une large coalition d’associations s’oppose donc à ces mesures. Près de 35 organisations (encore rejointes par d’autres) ont lancé, avec la plateforme Justice pour tous, la pétition dont le lien figure au début du présent mail, adressée au gouvernement belge et reprenant les exigences suivantes:

 

 

  1. L’accès à une aide juridique gratuite de qualité pour toute personne souhaitant faire valoir/défendre ses droits en justice et dont les revenus sont insuffisants.

 

 

 

  1. Un refinancement du système d’aide juridique actuel, dont les moyens doivent pouvoir être trouvés ailleurs que dans les poches des bénéficiaires de l’aide juridique, qui représentent les plus démunis de notre société.

 



 

  1. Une offre de service permettant de répondre à la demande, et des conditions d’accès qui, sous aucun prétexte, ne mettent l’effectivité de l’aide juridique en péril.

 



 

  1. Une rétribution des prestataires de l’aide juridique correcte et stimulante, basée sur une évaluation précise du travail requis, pour chaque procédure concernée.

 



 

  1. Le maintien, pour le bénéficiaire d’aide juridique, du libre choix de son avocat ; et la garantie, pour ce dernier, de pouvoir défendre ses clients dans une totale indépendance vis-à-vis de l’État.

 



 

  1. Une formation continue de tous les avocats s’impliquant dans l’aide juridique et un contrôle efficace de leur travail, qui garantissent la qualité des prestations.

 Pour plus d’information sur la plateforme Justice pour tous ou pour prendre contact avec une des associations signataires, vous pouvez contacter Damienne Martin (Fr) (0483/089.528) ou Ivo Flachet (Nl)  (0476/947.258).


INFO SL 02/522 98 69

 

 

Stop afbraak juridische bijstand

Stop de afbraak van het recht op juridische bijstand

Neen aan de plannen van de regering

 

(De lijst van ondersteunende organisaties vindt U onderaan)

De ondertekenaars van deze petitie vragen respect van de Belgische regering voor het recht op juridische bijstand voor iedereen, een fundamenteel recht opgenomen in artikel 23 van de Belgische Grondwet, een recht dat onderworpen is aan het Standstill principe en dat tevens erkend is in artikel 6 van het EVRM. In deze tijden van crisis, waarin sociale en democratische rechten onder steeds grotere druk komen te staan en alsmaar meer mensen in de armoede worden geduwd, moet het systeem van rechtsbijstand versterkt worden als buffer tegen sociale achteruitgang. Wij verzetten ons tegen een besparingslogica, die een afbouw tot gevolg heeft van dat fundamenteel recht.

Om dit essentieel democratisch rechtte vrijwaren, vragen wij :

1.Toegang tot gratis en kwaliteitsvolle juridische bijstand voor elkeen die zijn rechten wenst te verdedigen en die de financiële middelen daarvoor ontbeert.

2.Een herfinanciering van het bestaande systeem, waarvoor de middelen elders moeten kunnen gevonden worden dan in de zakken van zij die recht hebben op juridische bijstand, aangezien zij juist de minst vermogende groep vormen in onze samenleving.

3.Een aanbod van diensten dat voldoende groot is in verhouding tot de vraag en waarvoor de toegangsvoorwaarden in geen geval een beperking mogen inhouden voor zij die juridische hulp nodig hebben.

4.Een correcte en stimulerende vergoeding voor de diensten geleverd in het kader van de juridische bijstand, gebaseerd op een precieze evaluatie van het werk voor elke gevoerde procedure.

5.Het behoud voor de rechtszoekende van het recht op de vrije keuze van advocaat en een waarborg voor deze laatste van een absolute onafhankelijkheid van de staat in de verdediging van zijn cliënten.

6.Een permanente vorming van alle advocaten betrokken bij de juridische bijstand en een efficiënte controle van hun werk, om de kwaliteit ervan te garanderen

 

De volgende organisaties steunen deze oproep

ABVV - Algemeen Belgisch Vakverbond/ FGTB - Fédération générale du Travail de Belgique

ACV - Algemeen Christelijk Vakverbond / CSC - Confédération des Syndicats Chrétiens

ADAS - Association de défense des allocataires sociaux

ADDE - Association pour le Droit des Etrangers

APD - Aide aux Personnes Déplacées

Attac Vlaanderen

Atelier des Droits sociaux

Cap Migrants

Caritas International

Centre Avec ASBL

Centre d’Action laïque

CIRE - Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Etrangers

Collectif Solidarité contre l’Exclusion

Comité voor Hulp aan Vluchtelingen / Comité Belge d’Aide aux Réfugiés

Democratie 2000

 

Equipes populaires

Espace 28 ASBL

Fédération des Maisons Médicales et des Collectifs de santé francophones

Geneeskunde voor het Volk / Médecine pour le Peuple

Gezinsbond

Jesuit Refugee Service Belgium

Justice et Paix

KWB - Kristelijke Werknemersbeweging

La Chom'hier

Ligue des Droitsde l’Homme

MOC - Mouvement Ouvrier Chrétien

Netwerk tegen Armoede

Pax Christi Vlaanderen

Pax Christi Wallonie-Bruxelles

PLN - Progress Lawyers Network

Point d’Appui

Protestants Sociaal Centrum / Centre social protestant

Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté

SAD - Association Syndicale des Magistrats

SAD - Syndicat des Avocats pour la Démocratie

Samenlevingsopbouw Brussel

Service Droit des Jeunes

 

Service Social de Solidarité Socialiste

Services Sociaux des Quartiers 1030

Syndicat des Locataires

Vie Féminine

Vluchtelingenwerk Vlaanderen

Vrouwenraad

 

 

 

 

05 avril 2013

AG DES LOCATAIRES DU PETERBOS DU 9 AVRIL 2013

syndicat des locataires,fa,huurdersbond,peterbos,anderlecht,sisp,lo

11:24 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, fa, huurdersbond, peterbos, anderlecht, sisp, lo |  Facebook |  Imprimer |

23 mars 2013

CPAS D'ANDERLECHT

CPAS Anderlecht (Conf de Presse Brochure 13 mars 2013).jpg

Capture d’écran 2013-03-23 à 21.58.49.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 21.59.02.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 21.59.18.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 21.59.36.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 21.59.47.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.00.00.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.00.14.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.00.31.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.00.52.png

 

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.01.07.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.01.19.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.01.33.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.02.35.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.02.46.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.02.57.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.03.13.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.03.23.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.03.39.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.04.34.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.04.47.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.05.00.png

Capture d’écran 2013-03-23 à 22.05.13.png

21 novembre 2012

À QUI PROFITE LA DETTE?

À qui profite la dette ?.png

Il paraît que nous sommes condamnés à l’austérité. Condamnés à nous serrer la ceinture. Condamnés à faire des sacrifices… pour rembourser la dette publique.

Il paraît qu’on a vécu « au-dessus de nos moyens », et que maintenant il va falloir couper dans la sécurité sociale, couper dans les services publics, couper dans l’index, couper dans les soins de santé, l’éducation, la culture, couper dans les pensions, couper dans les chômeurs…

Nous, on n’est pas d’accord. L’austérité, on n’en veut pas. On sait ce que ça donne en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie. Un vrai massacre social et économique.

Nous, on veut savoir pourquoi la dette est devenue énorme, et pourquoi on nous dit que c’est de notre faute. On veut savoir d’où elle vient, de quoi elle est faite, si elle est légitime ou non. On veut savoir si c’est vraiment à nous de payer l’addition.

C’est pour cela que nous voulons un audit de la dette. Ensemble, menons l’enquête sur la dette publique belge. Pour savoir, enfin, à qui elle profite.

Vous aussi, vous voulez savoir ? Alors soutenez notre campagne, cliquez ici !

logo.png

 

 

 

VOYEZ ÉGALEMENT LA VIDÉO "COMMENT OSENT-ILS"

 

fgtb,cadtm,cepag,fgtb wallonne,fgtb bruxelles,syndicat des locataires,huurdersbond,dette,dette publique,dette publique belge,audit de la dette,dette odieuse,dette illégitime,comment osent-ils

 

 

 

 

12 octobre 2012

MOBILISATION CONTRE LES ANTENNES RELAI GSM

AG LOCATAIRES ASTERS 16:10:12.png

16:28 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, gsm, actions de locataires, asters, antennes relais |  Facebook |  Imprimer |