25 novembre 2017

COURS DE FORMATION 29/11/2017 MARIE-CLAIRE NOIZET (assistante sociale)

COURS DE FORMATION MCN 11:2017.jpg

Anders Leonard Zorn

"Landschaftsstudie aus Mora" 1886

 

 

PROGRAMME DE FORMATION 2017
 Square ALBERT Ier, 20 - 1070 ANDERLECHT

ACCESSIBLE AUX PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

UNE COLLATION EST PRÉVUE À CETTE OCCASION

José GARCIA, Secrétaire général                                                                     Raphaël EL GHRAIBI, Cellule Formation

CALCUL DES LOYERS DANS LES LOGEMENTS SOCIAUX DE LA RÉGION BRUXELLOISE.

CALCUL DES LOYERS 2018.png

AIRBNB

Airbnb : régulation, contrôle et information

Ressuscité, le Skål Club International de Bruxelles tenait mercredi sa deuxième réunion de la saison sur « le phénomène Airbnb ». Pour en débattre, il avait convié non seulement des représentants du secteur hôtelier, mais aussi des propriétaires et des locataires. Un débat passionnant, qui risque même de déboucher sur des actions concrètes.

Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de Brussels Hotels Association, a d’abord démystifié le « système » Airbnb, qui existe en fait depuis le Moyen Age, et qui n’est rien d’autre qu’un système de commercialisation. Si ce n’était qu’une simple plateforme, il n’y aurait pas de problème, car les hôteliers sont pour une concurrence, mais loyale. Il faut de la transparence, mais ce n’est pas le cas. Airbnb se targue d’avoir apporté 300 millions d’euros à l’économie belge en 2016 ?

Mais rien qu’à Bruxelles, le secteur hôtelier a créé 15.000 emplois et Airbnb… un ! On compte aujourd’hui quelque 6.000 offres de logement à Bruxelles chez Airbnb, contre 18.000 chambres d’hôtel, réparties dans une offre de plus en plus variée. Mais la source est en train de se tarir et Airbnb vise aujourd’hui une clientèle d’affaires, le secteur qui connaît la plus forte croissance, et c’est sans doute ce qui inquiète le plus les professionnels.

Pas de valeur ajoutée

Il sera rejoint dans son analyse par Philippe Hagelstein, administrateur de Gigatour (et du Skål) : nous sommes à 100 % derrière nos fournisseurs, dit-il, mais qu’en sera-t-il si, demain, les compagnies aériennes se mettent à proposer des packages avion+Airbnb ? Les hommes d’affaires n’ont-ils pas plutôt besoin de la sécurité qu’offre le cadre hôtelier ? La directive européenne sur les voyages à forfait devra-t-elle inclure Airbnb ? Les hôteliers, observe-t-il, s’engagent sur la qualité, mais Airbnb ne s’engage sur rien : c’est au loueur de s’engager, et il n’a aucun recours contre les mauvais locataires qui saccagent leurs biens… Enfin, il n’y a aucune captation de valeur ajoutée.

Le prix des loyers va augmenter…

Le Syndicat National des Propriétaires et Copropriétaires est « extrêmement réservé, voire hostile » à Airbnb, rappelle son secrétaire général, Olivier Hamal. « Il n’y a pas de problème quand un particulier loue une chambre, explique-t-il, mais ont voit de plus en plus de gens qui achètent des appartements dans un immeuble pour en faire un business, bien plus lucratif que de le donner en location à l’année. L’offre résidentielle est en train de se réduire, et les prix vont augmenter, prophétise-t-il. Déjà, les étudiants ne trouvent pour ainsi dire plus de « kots ». En ce qui concerne les copropriétés, il n’existe pas de règle fixe. A défaut, il faudrait purement et simplement y interdire la location de chambres à Airbnb. Et de rappeler que, pour les cadres, par exemple, qui ne passent quelques mois à Bruxelles (ou ailleurs), la possibilité de baux de courte durée existe.

Même des logements sociaux !

José Garcia, secrétaire général du Syndicat des Locataires, est totalement opposé à la formule Airbnb. Faut-il pour autant l’interdire ? Il ne le pense pas. Il faudrait alors interdire aussi Uber ! S’il existe d’autres possibilités de se loger aux mêmes conditions, alors pourquoi pas ? Mais ici encore, les locataires se plaignent de la concurrence déloyale qui caractérise la démarche d’Airbnb. Exemple à l’appui, il montre que même des logements sociaux sont proposés sur le site d’Airbnb !

Accord parfait

Dans l’assemblée, pourtant clairsemée, Vanessa Rigodanzo, conseillère au cabinet du Ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, également en charge du tourisme, se plaint d’être régulièrement interpelée par une presse « à100 % pro-Airbnb » (ce qui n’est évidemment pas le cas de PagTour, au contraire, ndlr). Car la plateforme a un sens aigu de la communication, à laquelle elle consacre des budgets considérables. Elle souhaiterait défendre la réglementation mis en place à Bruxelles, une des plus restrictives, en fait. Pour sa part, Olivier Hamal, au nom des propriétaires, voudrait renforcer la législation sur l’occupation des biens.

Bref, faute de pouvoir interdire Airbnb — ce que personne ne souhaite vraiment, en fait — tout le monde est d’accord sur le fait que le « système » Airbnb doit être régulé et contrôlé, mais qu’il y a un manque terrible d’information. Que font les hôteliers pour souligner leur différence ? Que font les agences de voyage pour mettre en garde les entreprises, etc. ?

Le Skål Club, qui veut être un « think tank » du secteur du tourisme, sera partie prenante d’une réunion qui, début décembre au cabinet du Ministre-président, rassemblera tous les acteurs concernés par l’activité d’Airbnb pour échanger sur la construction d’une communication concertée. Une initiative intelligente, à laquelle le Skål apportera son expertise.

 

16:29 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ARTICLES DE PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, huurdersbond, airbnb, claude boumal |  Facebook |  Imprimer |

21 novembre 2017

COURS DE FORMATION CALCUL DU LOYER DANS LES LOGEMENTS SOCIAUX

cours de formation MCN.png

11:33 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans COURS DE FORMATION | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires, huurdersbond, marie-claire noizet |  Facebook |  Imprimer |

06 novembre 2017

LE « PROJET LOCAMÈTRE » ARRIVE DANS NOTRE PAYS !

SYNDICAT DES LOCATAIRES


LETTRE OUVERTE AUX POLITIQUES :

LE « PROJET LOCAMÈTRE »

ARRIVE DANS NOTRE PAYS !





Chère Madame, Cher Monsieur,

Dans le cadre de notre action pour l’amélioration des logements des locataires de notre pays, nous avons le plaisir de vous informer que nous lançons le « Projet Locamètre ».

De quoi s’agit-il ?

Nous partons du principe que si tous les responsables politiques agissent en faveur du droit à l’habitat, inévitablement, les conditions de logement de tous nos concitoyens s’amélioreront dans notre pays.

Le « Locamètre » est l’indice qui mesure l’amélioration des conditions de logement.

L’idée est donc de vous demander de nous informer à chaque fois que vous agirez concrètement en faveur du droit à l’habitat.

Exemple : vous participez à une manifestation de locataires ou bien vous prenez position en faveur de telle ou telle réglementation favorable aux locataires, ... Dès lors, vous nous en informez et nous vous octroyons un certain nombre de points. Ceux-ci seront additionnés à l’ensemble des autres points générés par vos autres collègues agissant comme vous, et l'ensemble des points produits seront valorisés dans un panier commun.

Ainsi, plus la somme des points se trouvant dans le panier commun sera élevée, plus la probabilité que le droit à l’habitat avance dans notre pays sera élevée.

Il sera attribué à chaque action un nombre de points bien précis. La participation concrète à une manifestation sera plus valorisée qu’une simple prise de position écrite en faveur ou en défaveur de tel ou tel événement.

Une autre grande caractéristique du « Projet Locamètre » est que tout ce que vous ferez sera public. Tous les locataires seront également informés de votre score. Ainsi, plus le score d’une personnalité politique sera élevé, plus la probabilité que les locataires votent pour elle sera grande.

C’est pourquoi, si vous souhaitez vous inscrire dans cette démarche de la création du « Projet Locamètre », nous vous demandons de nous faire parvenir votre candidature à l’adresse mail suivante : syndicatdeslocataires@gmail.com , pour le 31 décembre 2017 au plus tard. Vos avis ainsi que vos suggestions pour améliorer le « Projet Locamètre » sont d'ores et déjà les bienvenus.

Dès réception de votre mail, nous vous enverrons de plus amples informations ainsi que les différentes actions qui composeront le panier du « Projet Locamètre ».

En vous remerciant d’avance pour la suite que vous réserverez à la présente, nous vous prions de croire, Chère Madame, Cher Monsieur, en nos salutations distinguées.



José GARCIA

Secrétaire Général

14:15 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : locamètre |  Facebook |  Imprimer |

04 novembre 2017

LE PHARE N°131

LE PHARE N° 131 - 7 8 9:2017 (glissé(e)s).png