27 décembre 2013

HORAIRES DE FIN D'ANNÉE

Capture d’écran 2013-12-27 à 18.53.21.png

18:55 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans INFOS PRATIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : horaires de fin d'annÉe |  Facebook |  Imprimer |

LE PHARE N°116

Le PHARE N°116.png

18:51 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans LE PHARE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le phare n°116, syndicat des locataires, huurdersbond |  Facebook |  Imprimer |

25 décembre 2013

LE PHARE N°100

LE PHARE N°100.png

22:50 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans LE PHARE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataire, le phare n° 100, journal du syndicat des locataires |  Facebook |  Imprimer |

18 décembre 2013

Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé de tous

Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé de tous

 

AUX PARLEMENTAIRES BRUXELLOIS

Les autorités de la Région bruxelloise envisagent de voter prochainement une modification de la norme actuellement en vigueur de 3 volt par mètre pour la porter à 6 volt par mètre.

Cette modification aura pour seul et unique but de permettre aux opérateurs de téléphonie mobile de s’attaquer au marché de la 4G pour faire plus de bénéfices.

Or, des études scientifiques effectuées dans divers pays dont notamment la Suède démontrent à suffisance que la norme actuellement existante de 3 volt par mètre est déjà néfaste pour la santé publique.

Il résulte de diverses études que la norme humainement acceptable ne peut dépasser 0,6 volt par mètre.

La modification de la situation actuelle constitue indéniablement une aggravation de la situation sanitaire et résulte essentiellement des pressions exercées par les opérateurs en vue de s’adapter à l’évolution du marché de la 4G.

Par conséquent, les signataires de la présente pétition demandent aux parlementaires régionaux:

1. Un moratoire pour toute nouvelle implantation d’antenne GSM,

2. Le non-dépassement de la norme actuellement fixée à 3 volt par mètre et dans les 6 mois de la présente pétition, sa diminution au seuil de 0,6 volt par mètre assurant la meilleure protection de la santé conformément aux études scientifiques en la matière,

3. L’organisation d’un véritable débat public à ce sujet, réunissant les tenants des deux positions.

 

                 

POUR SIGNER CETTE PÉTITION CLIQUEZ SUR L'IMAGESIGNER.pngSi vous imprimez cette pétition, elle peut être renvoyée au Syndicat des Locataires, 32, Square Albert 1er à 1070 Anderlecht

+D'INFO : syndicatdeslocataires@gmail.com   02/522 98 69

http://syndicat-des-locataires.skynetblogs.be/




 

Ordonnance 4G : la fuite en avant...

Publié le mercredi 18 décembre, par IEB

Alors que le parlement bruxellois s’apprête à voter d’initiative une ordonnance révisant l’ordonnance de 2007 relative à la protection de l’environnement contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les radiations non ionisantes (entendez par là les ondes GSM), Inter-Environnement Bruxelles (IEB) tient à exprimer sa ferme opposition à cette mesure qui double le seuil de puissance admissible d’ondes dans l’espace public, quadruple la puissance émise par opérateur et propose une norme 100 fois plus laxiste que ce que ne conseille la plupart des études qui prouvent les effets biologiques des ondes électromagnétiques sur le corps humain.

Cette nouvelle ordonnance viole la jurisprudence liée à l’article 23 de la Constitution qui interdit au législateur de « diminuer sensiblement le niveau de protection existant, sauf si cette diminution est concrètement et raisonnablement justifiée par un motif impérieux d’intérêt général et est proportionnelle ».

Alors que la 4G n’est pas nécessaire pour la plupart des usages qui sont fait aujourd’hui de la téléphonie mobile et qu’à ce jour, les opérateurs refusent de prendre le temps de trouver une solution technique qui protège la santé des citoyens, ce projet d’ordonnance constitue une véritable fuite en avant que nous ne pouvons que réprouver. Quelle société voulons-nous offrir à nos enfants ? Apparemment, une société qui n’hésite pas à jouer, sans enquête publique, avec la santé des citoyens pour le profit de quelques opérateurs télécom dont les objectifs « court-termistes » de rentabilité n’ont d’égal que leur profonde mauvaise volonté à prendre le temps de mettre au point des technologies qui respectent le principe de précaution.

Rappelons que l’ordonnance de 2007 avait fait l’objet de travaux préparatoires extrêmement sérieux de la part des parlementaires et que ceux-ci défendaient à l’unisson le principe de précaution, annonçant même qu’ il était « essentiel de bétonner la norme de 3V/m. Rien n’empêche de légiférer à nouveau par la suite et d’imposer une norme inférieure, compte tenu de nouveaux éléments... »

Les nouveaux éléments, à charge, ne manquent pourtant pas tant les études prouvant les effets biologiques des ondes electromagnétiques se multiplient. Ces études sont compilées dans le rapport Bioinitiatives disponible sur le site www.bioinitiative.org.

Pour plus de détails sur les enjeux de cette ordonnance, nous vous invitons à consulter notre analyse : Ordonnance « 4G » : cessons la fuite en avant....

 

23:00 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 dans ACTIONS, ANTENNES GSM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicat des locataires |  Facebook |  Imprimer |

14 décembre 2013

PCS ALBERT À L'HONNEUR

Le PCS Albert lauréat de l’enveloppe de quartier 2013 de la Commune d’Anderlecht

Soucieux d’une augmentation du bien-être des habitants du Square Albert 1er, le PCS Albert a proposé le projet "Carré fleuris" pour l’édition 2013 des enveloppes de quartier de la Commune d’Anderlecht.

Ce projet consiste à verduriser les parterres situés aux pieds des arbres bordant le trottoir du Square Albert 1er (côté blocs de logements sociaux). Il s’agira d’entourer le pied de chaque arbre d’un carré de bois de 15 cm de hauteur. Du compost y sera versé et des plantations pourront y voir le jour. Une grille de protection sera placée à chaque parterre.

Suite à une défense orale, la Maison de la Participation a octroyé la somme de 3200 euros à la cellule Cohésion sociale du Syndicat des Locataires pour mener à bien cette initiative. Initiative qui va, bien entendu, demander la participation des habitants du quartier (enfants, travailleurs des associations et familles).

03 décembre 2013

PAS D'ANTENNES AU MALOU !

SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

 

Suite à la décision du CPAS de Bruxelles de « suspendre » l'implantation de 9 antennes de téléphonie mobile sur son immeuble de la rue Jules Malou à Etterbeek, le Syndicat des Locataires tient à vous communiquer sa position par rapport à l'acte posé par ledit CPAS.

 

  1. Nous nous réjouissons que le CPAS s'inquiète à ce stade de la procédure des éventuels dangers que de telles implantations peuvent présenter pour la santé des riverains se trouvant à proximité des antennes.

  2. Nous ne comprenons pas pourquoi le CPAS de Bruxelles décide (nous le citons) : « d'instaurer un moratoire sur cette proposition de location pour l'installation d'antennes émettrices d'ondes pour téléphonie sur l'immeuble à l'avenue Malou. » puisqu'en théorie il n'existe aucun engagement légal avec Mobistar. Dans ce cadre le seul moratoire que le CPAS pourrait instaurer c'est en interrompant toute discussion avec les opérateurs de téléphonie mobile.

  1. Faut-il en outre rappeler aux responsables du CPAS qu'il n'existe aucune loi qui les oblige à installer sur les toits de leurs immeubles des antennes de téléphonie mobile ? Et ce même si les opérateurs étaient détenteurs de toutes les autorisations requises !

    Nous ne comprenons pas pourquoi le CPAS fait une telle demande à Bruxelles Environnement. Bruxelles Environnement étant un organisme régional de contrôle du respect de la législation environnementale ne peut en théorie répondre à une telle question. En d'autres termes, la seule réponse que Bruxelles Environnement va fournir au CPAS de Bruxelles c'est effectivement que Mobistar respecte la règlementation en vigueur en Région Bruxelloise et c'est d'ailleurs pour cette raison que cet organisme lui a accordé le 24/09/2013 le permis d'environnement.

  2. Il serait plus judicieux pour le CPAS d'adresser ses questions sur les dangers potentiels des champs électromagnétiques liés à la téléphonie mobile à Madame Laurette Onkelinx, Ministre de la Santé, ainsi qu'à Madame Céline Frémault qui au niveau de la COCOF a également une responsabilité dans ce domaine.

 

Nous demandons enfin au CPAS de consulter les innombrables études qui démontrent que toute émission d'ondes électromagnétiques dépassant 0,6 v/m représentent un réel danger pour la santé de tous les humains et en particulier pour les femmes enceintes et les jeunes enfants (cf résolution 1815 du Conseil de l'Europe du 25/05/2011 et le rapport Bioinitiative 2012).

 

Nous attirons également l'attention du CPAS sur le fait que depuis les années 2003 la grande majorité des assureurs exclu de leur police d'assurance les aléas liés aux champs électromagnétiques et autres radiations émises par les téléphones portables et les antennes relais.

Si les Compagnies excluent de leur garantie de tels risques c'est que ces risques sont bien réels. Dans le cas contraire, pourquoi ces Compagnies ne couvriraient-elles pas ces aléas ?

 

Si les réelles motivations du CPAS sont d'assurer une parfaite protection des habitants, il devrait purement et simplement refuser toute implantation d'antennes dépassant la puissance de 0,6 v/m et ce uniquement sur base des études existantes.

La Commune d'Anderlecht a d'ailleurs voté une motion en novembre 2012 interdisant sur son territoire toute nouvelle implantation d'antenne dépassant les 0,6 v/m.

 

Nous demandons dès lors aux membres du Conseil de l'Action Sociale :

  • De décider d'un moratoire sur l'implantation de toute nouvelle antenne sur leurs immeubles sur base du principe de précaution et ce tant qu'un débat large, sérieux et contradictoire n'ait lieu en Région Bruxelloise.

  • De poser les questions non pas à Bruxelles Environnement mais aux autorités sanitaires compétentes du pays.

  • De renégocier l'ensemble des contrats en vigueur en exigeant des opérateurs qu'ils respectent la norme de 0,6 v/m.

 

 

Fait à Anderlecht, le 3 décembre 2013


José GARCIA

Secrétaire général