06 juillet 2009

LETTRE OUVERTE AUX NÉGOCIATEURS DU FUTUR «OLIVIER»

SYNDICAT DES LOCATAIRES

 

LETTRE OUVERTE AUX NÉGOCIATEURS DU FUTUR «OLIVIER»

 

Anderlecht, le 6 juillet 2009.

 

Ref: JG/mm/1789/060709

 

A la lecture du projet de programme du futur gouvernement régional en matière de logement nous pouvons coter votre copie de la manière suivante:

 

TRÈS BIEN

 

 

10/10 Prévention des expulsions sans propositions de relogement.

Le Syndicat des locataires aimerait que cette mesure soit effective au plus tard dans les six mois de la constitution du gouvernement et après consultation des partenaires sociaux représentatifs des locataires.

 

 

9/10 Fonds régional des garanties locatives

Idée émise et défendue par notre organisation dans le but

d’aider les locataires à payer les garanties locatives sans devoir

montrer patte blanche aux banques qui en dépit de la loi

rechignaient devant des demandes de prêt de quelque centaines

d’euros.

Alors que dans le même temps sur avis «éclairé» des

plus grands spécialistes, elles fonçaient tête baissée dans

l’investissement irresponsable qui les a conduites au marasme

que l’on connaît.

 

 

9/10 Création d’une centrale d’achats

Un petit moyen pour faire de grandes économies.

 

8/10 Amplification du Plan Logement

L’idée est bonne mais nous aimerions que cet effort soit chiffré.

Augmentation des moyens humains de la SLRB et des SISP

Très bonne mesure, le développement du parc public, demande évidemment une administration plus importante.

 

BIEN

 

7/10 Encadrement des loyers

Excellente mesure, mais la Région doit attendre le bon vouloir du Fédéral …

Selon nous, la Région pourrait néanmoins atteindre cet objectif sans attendre le Fédéral via une modification de la fiscalité régionale .

Les négociateurs obtiennent néanmoins la distinction eu égard au fait qu’ils s’engagent à consulter les acteurs sociaux avant de prendre ladite mesure.

 

7/10 Le «PRO DEO architectural»

est une mesure intéressante mais devrait être étendue à l’ensemble de la problématique du bâti.

 

 

7/10 La participation des locataires sera améliorée. Bonne idée mais il

serait important que cela se fasse en étroite collaboration avec

le monde associatif représentatif des locataires .

Peut-on faire une omelette sans œufs (prononcé eux…)?

 

 

 

SATISFAISANT

 

 

6/10 Assurance perte d’emploi.

Bonne idée mais ne serait-il pas plus judicieux d’inciter les

bailleurs à prendre «une assurance risques locatifs» qui serait

en partie subsidiée par la Région?

 

 

 

EXAMEN DE PASSAGE

 

 

4,5/10 Un Régime fiscal sera étudié.

«un régime fiscal sera étudié, en fonction des disponibilités

budgétaires, un régime fiscal favorisant les propriétaires qui

coopèrent aux objectifs sociaux et environnementaux du Gouvernement»

Peut mieux faire.

 

0/10 Suppression du bail social à durée indéterminée.

L’instauration d’un bail à durée déterminée de 9 ans est sûrement la mesure la plus imbuvable et la plus anti-sociale du programme. Si nous voulons que demain le logement social devienne un ghetto où les plus pauvres se boufferont entre eux, instaurons immédiatement ce contrat à durée déterminée.

Le politique doit avoir une vision prospective et à long terme.

Quand un citoyen a trouvé la solution à son problème de logement, ce même politique ne peut pas, sous prétexte de loger et d’aider un plus démuni, mettre celui qui sera évincé dans les difficultés. Irait-on licencier un travailleur pour donner sa place à un sans emploi?

Le principe devant guider nos gouvernants c’est d’augmenter l’offre de logements afin de répondre rapidement à la demande de ceux qui n’ont pas encore trouvé une solution adéquate à leur droit constitutionnel.

Toute mesure qui n’accroît pas réellement l’offre absolue de logements, décents à loyer modéré n’est que le cache-sexe d’une politique qui joue sur le symbolique plutôt que sur la réalité.

Faut-il rappeler à nos gouvernants qu’historiquement le logement social a pour but de loger décemment à un prix abordable les travailleurs.

N’y a-t-il donc pas une contradiction avec les mesures que le gouvernement prend pour aider «les revenus moyens» en dehors du cadre du logement social.

En d’autres termes pour éviter le bain de sang social du ghetto, le logement social et plus généralement les logements publics doivent conserver les personnes à revenus moyens en leur sein.

Enfin cette politique n’est pas progressiste.

Les fonds investis pour l’accès à la propriétaire sont définitivement acquis au propriétaire aidé par les pouvoirs publics.

Pas question pour le propriétaire de rembourser la totalité de l’aide reçue le jour où son salaire dépasse de 10% les revenus d’attribution de l’aide.

Pas question de demander au propriétaire assisté de changer de maison vers un bien plus petit lors du départ de ses enfants.

En d’autres termes, l’euro public investi dans l’accès à la propriété est irrévocablement acquis au bénéficiaire!

L’Euro public investi dans l’aide locative social est acquis aléatoirement au bénéficiaire.

 

 

En conclusion les négociateurs devront subir impérativement un examen de passage à ce sujet à la rentrée.

 

 

Rolande JAMART               Edith GALOPIN                     José GARCIA

Présidente du CA             Docteur en droit             Secrétaire général

 

 


15:58 Écrit par SYNDICAT DES LOCATAIRES TEL: 02/522 98 69 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.